Ordre Royal des Chevaliers de la Licorne


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Un cavalier isolé... (suite ?)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un cavalier isolé... (suite ?)   Jeu 28 Aoû 2008 - 9:51

Bayard chevauchait seul, au petit trot, aux alentours de la forteresse. La fin de l'été s'annonçait, mais le soleil était encore présent, jetant entre deux nuages ses rayons dans les bois alentours...

La promenade de Bayard n'était pas innocente, il avait entendu dire que parfois le Grand Maître se baladait lui aussi seul, dans ces alentours. Depuis que Bayard était devenu son ecuyer, il n'avait jamais pu lui parler seul à seul. Guillaume de Jeneffe avait tant à faire, tant de responsabilité... et Bayard avait tant de questions à lui poser!

Peut être le rencontrerait-il lors de sa promenade... il préférait laisser le destin jouer plutôt que de demander une entrevue. Ce n'était ainsi que Bayard pouvait savoir s'il était temps ou non de poser ses questions...
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 4868
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 16/07/2005

Feuille de personnage
Nom: Guillaume_de_Jeneffe
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Grand Maistre

MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Mar 2 Sep 2008 - 1:14

Chevauchée isolée, route isolée, chevalier isolé. Veste de cuir bouilli et clouté, cheveux bruns qui flottent au vent, épée qui claque le flanc du Frison lancé au galop. Seul dans ses pensées, Guillaume sent le vent lui fouetter les tempes, l'air salé bruler ses narines, le soleil chauffer son corps jeté dans l'effort. Il ne voit que les longs poils équins jouer devant ses yeux, son corps collé sur l'encolure de sa monture, ne remarquent que des formes autour de lui, des arbres, des bêtes, des collines, des bosses.

Devant lui, une forme droite, indistincte, léger tir de brides, le cheval dévie sur sa dextre. L'obstacle sera évité, mais frôlé. Ne pas perdre de vitesse, limiter le changement de direction, toujours ressentir cet effort salutaire, cette usure du corps par les épreuves quotidiennes, se sentir vivant, sous le regard de tous les disparus. Promesse faite il y a si longtemps maintenant, ne pas mourir, la servir jusqu'à son dernier souffle, toujours se dresser sur le chemin de ceux qui veulent rejeter la chevalerie de ce monde, substituant à l'amour courtois la séduction de tout ce qui arbore poitrine, à la gloire des combats la gloriole de joutes arrangées, à l'honneur la parole bafouée pour la richesse.

Effort moral qui se double d'un effort physique. Toujours par deux vont-ils disait un vieux sage rabougri, il y a bien longtemps de cela. Le maître et son élève. L'esprit qui dicte sa loi et enseigne le corps. Le corps qui survit et supporte l'esprit. Esprit qui, à cet instant, fixe l'obstacle, essaye de le discerner, le voit se rapprocher, bouger, bouger? qu'est-ce donc encore que cela? Montures qui se rapprochent. Guillaume derrière, Bayard devant lui. Chevalier qui ne ralentit pas, le voit, le reconnaît, le frôle et le dépasse...

_________________

MarieAlice a écrit:
Ensuite, pas mieux que Guillaume

Cerridween, un jour qu'elle regrettera probablement longtemps, a écrit:
t'as raison
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Mar 2 Sep 2008 - 9:15

Un bruit de cavalcade tire Bayard de ses songes, puis un cavalier apparaît au détour d'une sente... instinctivement, la main de Bayard se pose sur la poignée de son épée, prête à sortir du fourreau en cas de danger... Mais la main se relâche, Bayard reconnaît Guillaume de Jeneffe, son Lieutenant et Maistre de l'Ordre...

Ce dernier le frôle et le dépasse. Bayard décide de le suivre, lance son cheval au galop, et suit son parrain dans l'Ordre. La chevauchée est parsmée d'obstacle, mais ils sont bons cavaliers. Bayard ne dit mots, il suit le maistre, en ne se portant pas à sa hauteur, mais en le suivant de près... Bayard ne ralentira que lorsque le maistre décidera de ralentir, et ne parlera que lorsque le maistre décidera de parler...
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 4868
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 16/07/2005

Feuille de personnage
Nom: Guillaume_de_Jeneffe
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Grand Maistre

MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Mar 2 Sep 2008 - 23:41

Ecuyer, dépassé. Galop, enlevé. Fatigue, oubliée. Défi, relevé. Les deux cavaliers partent dans un duel sans enjeu de prestige. Le simple plaisir de la course, du partage de sensations qu'eux seuls connaissent. Ne pas ralentir de suite, poursuivre encore un peu, profiter encore un instant. La saine usure de l'effort, le plaisir de se sentir vivre. Le sourire est aux lèvres du premier Flamand lorsqu'il tire les brides.

Curiosité du chevalier qui n'a plus converser avec son écuyer depuis des lustres. Et curiosité qui l'emporte sur l'envie première, la solitude.


- Le bonjour frère, cela faisait bien longtemps. Comment donc allez-vous? Et comment trouvez-vous Ryes? Presque aussi ensoleillé que Tournai, à dire vrai...

_________________

MarieAlice a écrit:
Ensuite, pas mieux que Guillaume

Cerridween, un jour qu'elle regrettera probablement longtemps, a écrit:
t'as raison
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Mer 3 Sep 2008 - 8:58

Le maistre tire les brides, l'Ecuyer de même. Bientôt les deux cheveux sont au même niveau, les cavaliers peuvent se parler...

- Bonjour Maistre, je vais bien merci. Oui, Ryes est presque aussi ensoleillé que Tournai, et certainement plus vallonnée!

L'Ecuyer caresse l'encolure de son cheval, en sueur après la course, son destrier n'est plus tout jeune. Un instant de silence. Puis déjà la première question.

- Maistre, puis-je déranger votre solitude ? Des questions se posent à moi, et j'aimerais profiter de votre expérience...
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 4868
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 16/07/2005

Feuille de personnage
Nom: Guillaume_de_Jeneffe
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Grand Maistre

MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Mer 3 Sep 2008 - 22:46

D'un coup le sérieux est revenu. Un ancien mercenaire qui veut se confier, qui réclame le conseil, en Ryes, alors qu'il était seul peu avant. Dans l'esprit de Guillaume, il n'y a pas de doute, l'écuyer a besoin de parler, de se livrer, de se retrouver. Pour cela, autant rester seuls, et éviter les rencontres qui ne seraient que désagréables en ce moment.

Le chevalier pousse son Frison, au pas. Avancer au calme, laissant la monture faire sa route, brouter une touffe d'herbe, se gratter l'encolure sur un tronc de passage. Et pendant ce temps, se tourner vers Bayard, et entamer la conversation.


- Besoin de moi? Vraiment? Et bien, parle, frère, je t'écoute... Quel événement barre donc ton front des signes de l'inquiétude?

_________________

MarieAlice a écrit:
Ensuite, pas mieux que Guillaume

Cerridween, un jour qu'elle regrettera probablement longtemps, a écrit:
t'as raison
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Jeu 4 Sep 2008 - 9:36

Un instant de silence, une brise légère qui fait murmurer les feuilles des arbres.

- Et bien... ce n'est pas très facile à dire. Je ne suis pas à Ryes depuis longtemps. J'ai discuté avec l'un ou l'autre, participé à deux entraînements et une corvée... Mais je perçois tellement de souffrance, de déchirements ici. Cela me rends perplexe. Bien sûr je ne sais pas lire dans les pensées de mes frères ou de mes soeures, mais je suis très intuitif. Et il y a des regards, des silences qui ne trompent pas. Beaucoup d'anciens souffrent, sont blessés à l'intérieur. Je sais que la guerre laisse toujours des traces, je suis moi-même un ancien mercenaire, ayant dû faire des choses peu recommandables, qui n'ont rien à voir avec la chevalerie, et j'ai mes propres cauchemars. Mais je vis avec, et tourné vers le futur, vers l'amélioration de ce que je suis aujourd'hui, j'arrive à faire que ces choses, que le passé, ne me détruise pas. J'ai l'impression que nombreux anciens n'arrivent pas à se détourner du passé, à tourner les pages, qu'elles soient sanglantes, affectives... Et je sens que cela peut être néfaste, pour eux d'abord, pour l'Ordre après... Et ce qui me frustre beaucoup, c'est que si je sens ces choses, je n'arrive pas à exterioriser, trouver le mot qu'il faut, aller vers eux et discuter... Comment puis-je aider sans passer pour un arrogant, un mêle-tout ?

Encore un moment de silence, la brise, le temps à l'Ecuyer de mettre de l'ordre dans ses pensées. Car ce n'est pas tout, autre chose le turlupine, et il veut pouvoir tout dire, car peut être qu'après il ne le pourrait plus... alors sans laisser au maistre le temps de répondre à sa première interrogation, il pose la seconde...

- Il y a une seconde chose aussi... Je suis un homme d'honneur, et je préférerais mourir que de voir mon honneur sali. C'est surtout ça qui m'attire dans la chevalerie. Le sens de l'honneur et de la justice... C'est aussi cela qui me pousse à être actif, que ce soit à la ville de Tournai, à la caserne, au Conseil, ici... Mon sens de l'honneur me pousse à accomplir mon devoir jusqu'au bout, et même plus... Mais lorsqu'on agit ainsi sur plusieurs fronts, comment savoir si l'on fait bien son devoir, auquel donner la primauté, comme dans l'affaire de la primauté de l'Ost sur les Ordres Royaux? Je veux bien faire partout, mais n'en fais-je pas trop ? Je dis toujours ce que je pense, maistre, je ne suis pas un dissimulateur. Et ce que je pense c'est que je ne saurais jamais donner une primauté de l'un sur l'autre. L'Ordre de la Licorne n'est pas plus important que l'Ost ou le Conseil ou Tournai... Tous sont une facette de ce que je veux faire, de ce que je suis... Mais n'est-ce pas trop ? Comment faites-vous pour gérer vos différents devoirs ?
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 4868
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 16/07/2005

Feuille de personnage
Nom: Guillaume_de_Jeneffe
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Grand Maistre

MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Sam 6 Sep 2008 - 23:36

Il avait parlé presque d'une seule traite. Une simple pause n'avait permis au chevalier que d'ouvrir la bouche, sans pouvoir prononcer le moindre mot. Allant de l'inquiétude à l'espoir, puis aux questionnements. Guillaume revoyait passer devant lui une partie de sa propre existence. Depuis Joinville, l'Artois tournaisien, le capitanat de chevalier F'Tarkin. Tant de choses qui l'avait fait tel qu'il se présentait aujourd'hui. Allégeances qui lui avaient toujours semblé claires, à lui du moins. Léger sourire alors qu'il se souvient des questions qu'il posât au Kronenbourg, et des réponses qui avaient suivi...

- Oui, frère, je crois que je vous comprends. Mais sachez une chose, qui vous servira souvent en ces murs, et même ailleurs. Si vous voyez quelqu'un souffrir, hésiter, ne pas dire ce qui vous crève les yeux, il vous faut aller le trouver. Car la sollicitude est une de plus belles vertus en ce bas-monde. Personne, ici, ne vous le reprochera et si, par hasard, ils tenaient à rester seul, ils vous le feraient savoir avec la courtoisie qui est apprise en ces lieux. Mais cela reste rare, car malgré tout, nous sommes aussi ici pour faire front, face aux nombreuses charges auxquelles nous avons à faire face... Car, comme vous vous en êtes rendu compte, nombre d'entre nous cumulent plusieurs charges et se retrouvent face aux mêmes questionnements que les vôtres... Que vous dire pour ma part?... Et bien, en fait, c'est assez simple, du moins en apparence... Mon allégeance lige va au roy, et donc toutes mes charges en découlent. La défense de Tournai, et des Flandres, découlent de cela, et de l'amour qui est né entre moi et cette province. Car pour moi, la défense du roy se joint, se confond, avec celle des Flandres...

Légère interruption, alors qu'il se souvient d'une rencontre à l'ombre d'un chêne.

"Quant à savoir comment gérer tout cela, et bien ma foi, à dire vrai, le tout est une question de temps. Je suppose que vous aussi vous fourmillez d'idées sur de multiples sujets. Le tout est en fait d'être sur qu'une nouvelle charge ne vous empêchera pas de mener à bien la précédente. En somme, vous seul êtes à même de trouver la réponse à cette question... Mais si mon exemple peut servir, et en partant de l'idée que j'ai été un Grand Maistre tel que la Licorne en avait besoin, j'ai avant tout songé à ce que j'étais en mesure de mener à bien avant de l'accepter, et lorsque je voyais le temps me dépasser, j'ai réfléchi aux fonctions où j'étais le moins utile avant de les résigner."

_________________

MarieAlice a écrit:
Ensuite, pas mieux que Guillaume

Cerridween, un jour qu'elle regrettera probablement longtemps, a écrit:
t'as raison
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Lun 8 Sep 2008 - 10:56

Bayard écoutait attentivement les paroles de son aîné. Il était plein d'expérience, sûr de lui... ce qui manquait encore au disciple...

La sollicitude... Bayard la sentait en lui, mais il devait vaincre son manque d'assurance pour aller vers les autres. De plus il avait toujours été excellent observateur, mais mauvais communicateur... Il devait changer certaines choses, mais il le ferait, il se le jura en lui-même...

Par contre, un léger doute assaillait encore son esprit quant à la question du devoir.


- Oui, je vous comprends bien, Maistre, tant que les intérêts du Roy rejoignent ceux des Flandres, la question ne se pose pas... l'un découle de l'autre... Mais admettons, en poussant le raisonnement plus loin, qu'un jour notre Roy prenne une mauvaise décision... par exemple une décision contraire à notre charte... que feriez-vous ?

Bayard espérait ne pas avoir été impertinant... mais si il avait beaucoup de respect pour le Roy, il avait beaucoup d'amour pour sa terre, pour sa ville, pour ses amis,... or l'amour n'est-il pas plus élevé que le respect ? En posant cette question à Guillaume, c'est aussi à lui qu'il se la posait...
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 4868
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 16/07/2005

Feuille de personnage
Nom: Guillaume_de_Jeneffe
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Grand Maistre

MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Lun 8 Sep 2008 - 23:55

Ses yeux pétillaient, il le sentait. Si seulement l'écuyer savait ce qu'il réveillait par ses questions. Un visage blond, face contre terre, aux pieds d'Angers. Un écu écartelé. Et une voix inimitable. Français matiné d'accent d'Outre-Manche. Lointains souvenirs qui reviennent, vicomte qui s'impose de plus en plus souvent au vicomte flamand. Flamand qui fait glisser sa monture vers sa senestre et poursuit sa conversation...

- Le roi qui prend une décision contraire au bon droit, à notre charte. C'est là une bien vieille question, posée déjà lorsque nous discutions de notre allégeance royale. Est-il possible de rester lié à un souverain qui suit la voie du Sans-Nom, de la Trahison et de la Corruption? Eh bien, et que ja n'advienne, en ce cas là, notre reconnaissance royale nous laisse la possibilité de renoncer à nos avantages et de ne plus être un ordre royal. Mais, vous l'imaginez aisément, ce n'est pas là ce que nous recherchons, et, en tant que sujets du roy, nous lui devons conseil, afin que jamais la France ne soit gouvernée par un homme indigne de son sacre. En somme, ici aussi, c'est à la Licorne de défendre le Roy. De le défendre contre les félons, les brigands, les rivaux impériaux ou Angloys, mais aussi des pernicieuses idées qui peuvent se faire jour en son entourage. Et pour cela, nous serons haïs...

_________________

MarieAlice a écrit:
Ensuite, pas mieux que Guillaume

Cerridween, un jour qu'elle regrettera probablement longtemps, a écrit:
t'as raison
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Mar 9 Sep 2008 - 9:27

- Donc parmi les devoirs de l'Ordre, nous devons aussi protéger le Roy de lui-même si besoin s'en faisait sentir... merci Maistre, cela m'aide et me rassure. Car même si parfois cela nous fait haïr, c'est la voie de la justice...

Bayard suit le maistre, un instant de silence se fait entre eux. L'ecuyer sent que ses questiosn ont touché quelque chose chez Guillaume, quelque chose qu'il ne connaît ni ne comprend. Les chevaux passent une sente un peu plus difficile, l'un après l'autre, puis les deux cavaliers se remettent côte à côte.

Percevant mieux les différentes responsabilités et subtilités inhérant au devoir lié à l'Ordre, Bayard pense aussi à ses devoirs flamands... plus politique... Il avait envie de connaître l'avis expérimenté de Guillaume sur la politique flamande, et là il avait une question bien plus concrète pour commencer...


- Dites maistre, que pensez-vous du Capitaine Slamjack ?
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 4868
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 16/07/2005

Feuille de personnage
Nom: Guillaume_de_Jeneffe
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Grand Maistre

MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Mar 9 Sep 2008 - 22:58

Le silence leur a laissé un répit, court, dans ce dialogue où chacun semble se livrer. Le temps de passer une difficulté, d'observer un arbre, et à nouveau les voici à nouveau proche l'un de l'autre, à reprendre leur dialogue, leur confession. Visiblement menée par l'écuyer, elle se continuait dans une direction nouvelle. Questions partant de l'élève au maître. Qui se dévoilait dans cet échange? Celui qui s'inquiétait de son avenir ou celui qui se souvenait de son passé? Les deux? Ou alors était-ce un de ce duel de dupes ou personne ne se livre et espère piéger l'autre?

Mais à la dernière question, c'est un petit rire qui franchit les lèvres du Grand Maistre. Sincère, sympathique, créé par la surprise d'une question si étrangère à la chevalerie.


- Le cavalier noir, l'enfant terrible de Tournai, mon major... Ô, il y a bien beaucoup à dire à son sujet, de l'homme, du seigneur comme du capitaine... Mais c'est ce dernier point qui vous intrigue, je gage. Ce qui me rend la tâche plus aisée vu qu'il n'est guère capitaine depuis des années. Ma foi, en tant que capitaine, je crois que nous n'avons guère à nous en plaindre. Bien sûr, il m'arrive de ne pas être en accord avec lui, vous l'avez vu. Mais ce n'est là rien de bien exceptionnel. Enfin, il connaît son sujet, je pense... Quoique... dites-moi donc, pourquoi cette question? Un doute à son sujet? Une méfiance?

_________________

MarieAlice a écrit:
Ensuite, pas mieux que Guillaume

Cerridween, un jour qu'elle regrettera probablement longtemps, a écrit:
t'as raison
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Mer 10 Sep 2008 - 9:58

Un sourire franc passe sur le visage de l'Ecuyer. Ce qu'il cherche c'est une discussion franche, sans fard, pour connaître les idées de Guillaume de Jeneffe sur leur terre, sur la politique flamande. Au Conseil, la seule personne vraiment forte et experimentée est Slamjack. Mais pour faire aboutir certains projets, Bayard a besoin de l'avis d'une autre personne plus expérimentés que lui... plus noble et plus fort aussi. Peut être ici s'adresse-t-il plutôt au Baron de Marchienne qu'au Maistre de la Licorne ?

- Une méfiance peut être... contre-balancée par une certaine admiration. Voyez-vous, lorsque je lis ce que certains hors des Flandres pensent de lui, ce n'est pas toujours très glorieux... certaines de ses atitudes me choquent... par contre, ses avis au Conseil sont très pertinents. Pour tout vous dire, avec certains nous voulons améliorer les forces armées et les forces de police en Flandres. Nous avons des idées, des projets. Je voudrais aussi rendre au poste de Connétable plus de consistance... Et sur tout ces projets, les avis de Slamjack sont toujours constructif, pertinent, argumenté. Il a vraiment deux faces, comme le Janus des romains... Mais les autres suivent, n'argumentent pas vraiment... ils n'en ont pas l'expérience ni la force. J'aimerais avoir un avis d'un autre noble, flamand et pleins d'experience... J'aimerais donc avoir votre avis sur l'Alliance du Nord, la Garde Bourgeoise, l'Ost flamand... mais aurons-nous assez de l'après-midi pour causer de tout ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 4868
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 16/07/2005

Feuille de personnage
Nom: Guillaume_de_Jeneffe
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Grand Maistre

MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Jeu 11 Sep 2008 - 19:17

C'est la Flandre qui venait s'inviter entre eux. La Flandre, seule province réellement aimée, seule contrée où il se sentait "chez lui", si tant est que cela ait un sens pour un chevalier de France. Depuis la trêve bretonne, il y avait passé bien des journées. Nombre de choses à y faire avant qu'on ne l'appelle ailleurs. L'an passé c'étaient des brigands au pays des buveurs de Côtes de Beaune. Qu'Aristote lui réservait-il cette année? Une croisade contre les Hollandais? Une guerre avec les Provençaux? A moins que le Grand Turc ne vienne narguer les côtes d'Oc comme à l'époque de Charlemagne?

Et toujours, une chose à reprendre en main... Mons...


- Si l'après-midi ne suffit point, nous veillerons... J'espère pour vous qu'il ne vous faut point vos six heures de sommeil comme nombre de paresseux... Petit clin d'oeil pour ponctuer la plaisanterie. Quant au capitaine, oui, c'est ainsi que je l'aurai défini. Il peut être le plus fidèle des alliés, se démener pour vous, tout en restant odieux avec d'autres de vos amis, ce qui n'est pas pour faciliter les choses, loin de là... Mais ce qui me semble acquis est qu'il ne trahira pas ses Flandres, même si certaines de ses actions ne nous ont pas aidé avec nos amis normands, malgré cette Alliance du Nord à laquelle vous faites allusion. Alliance que j'ai toujours soutenu, en cela qu'elle empêche notre isolement, qu'elle nous est d'un réel secours et qu'elle sert notre Roy. Et serais-je même un de ces pingres égoïstes que je la verrai avantageuse. Avec les Hollandais à nos portes, et alors que les Hennuyers ne devraient plus tarder à se réveiller, pouvoir compter sur deux provinces fortes comme alliées, il faudrait être bien stupide pour vouloir s'en priver. Mais vous, qu'en pensez-vous?

_________________

MarieAlice a écrit:
Ensuite, pas mieux que Guillaume

Cerridween, un jour qu'elle regrettera probablement longtemps, a écrit:
t'as raison
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Ven 12 Sep 2008 - 13:51

- Je suis convaincu du bien-fondé de l'Alliance du Nord, mais pas sous cette forme là. Il reste moins d'un mois à mon second mandat, et à part le Conseiller Caesargl, aucun autre flamand ne visite les locaux. Je m'y suis rendu quelque fois, mais on y répond pas à nos questions. J'ai remarqué que cela fonctionne très bien entre l'Artois et la Normandie, moins avec la Flandre. Et le texte de l'AN tel qu'il est écrit est plus contraignant qu'aidant pour les Flandres. Je pense qu'il serait plus judicieux de faire des textes différents: des traités d'alliances militaires Flandre-Artois, Flandre-Normandie, des traités d'alliances économiques... Il est bien plus facile et efficace, je pense, de s'entendre deux à deux qu'à trois. Et si un jour la Flandre ne veut pas sa laisser entraîner dans une guerre, par exemple, il sera plus facile de rompre un traité avec un des deux autres partenaires, que de fâcher et s'aliéner les deux en même temps!

Mais je dois avouer que c'est un dossier qui tient beaucoup à coeur de notre Capitaine. Je travaille beaucoup plus sur la réforme de la police. Notre idée est de simplifier et de donner meilleur efficacité à notre défense: Les forces de police et la maréchaussée sont fusionnés (ce qui permet aux policiers d'être rétribués pour leur travail), et sont sous le contrôle du prévôt. Ils gardent leurs responsabilité actuelles, et le contrôle des routes et des alentours des villes. La Garde Bourgeoise elle sera contituée de citoyens volontaires (sauf pour les maires et les nobles, étant obligé de participer à la défense de leurs villes) prêt à prendre les armes pour défendre leur ville. Ils sont sous le contrôle du Connétable et ne sont pas payés. Si les postes de la maréchaussée ne sont pas tous comblé, le connétable peut mettre des membres de la Garde Bourgeoise à disposition du prévôt... Voilà en gros l'idée.

En tant que noble que pensez-vous de la garde bourgeoise ?
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 4868
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 16/07/2005

Feuille de personnage
Nom: Guillaume_de_Jeneffe
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Grand Maistre

MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Sam 13 Sep 2008 - 13:55

Légère grimace quand il entend ainsi parler de l'Alliance du Nord. Il n'y avait jamais été invité, ni n'avait jamais réclamé d'y avoir accès. Mais entendre ainsi critiquer une alliance qu'il jugeait bonne et profitable à tous ne pouvait manquer de le déranger. Aussi revint-il sur ce sujet avant de poursuivre.

- Moui, je crois comprendre vos inquiétudes, au moins en partie. Cependant, pour l'avoir lue à plusieurs reprises, la charte ne m'a jamais semblé plus contraignante pour la Flandre qu epour les deux autres provinces y liées. Si vous pouviez m'éclairer sur ce sujet, je vous avoue que je vous en saurais gré. Quant aux relations entre les trois partenaires, vous dites que la Flandre est plus souvent laissée de côté, si vous me permettez l'expression, que l'Artois ou la Normandie qui oeuvrent ensemble. Mais, outre le fait qu'il ne faut pas quitter un endroit où on ne sent pas écouter mais lutter pour l'être, si la Flandre quittait l'Alliance, et signait traités séparés avec la Normandie et l'Artois, est-ce que quelque chose changerait? Les Normands ou les Artésiens cesseraient-ils de vous considérés comme, et excusez-moi cette expression trop forte, j'en conviens, des alliés de second rang? A mon avis, rien ne changera, si ce n'est montrer à tous que la Flandre se fache, quitte une alliance pour en signer deux qui, au final, la lient avec ses premiers alliés... Etrange n'est-ce pas?
Encore plus étrange que le fait de songer, au moment où l'on signe un traité perpétuel, aux moyens de le dénoncer avec les dégâts les moins importants possibles...

_________________

MarieAlice a écrit:
Ensuite, pas mieux que Guillaume

Cerridween, un jour qu'elle regrettera probablement longtemps, a écrit:
t'as raison
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Lun 15 Sep 2008 - 9:33

Le Maistre était perspicace. Fin politique et stratège. Bayard allait devoir approfondir le sujet qu'il ne voulait que légèrement aborder. Et comme au ramponneau, pourtant le Connétable n'était pas joueur, il allait devoir montrer ses cartes...

- Et bien en fait, ce n'est pas vraiment deux alliances qui se signeraient... Il se dit que, militairement parlant, la Flandre aurait plus intérêt à s'allier à l'Artois, ainsi que resserer les liens avec la Hollande (traité de non-agression, traité économique, traité de collaboration judiciaire, etc.). Avec la Normandie nous ne passerions que des traités économiques. Militairement, certains conseillers voudraient se détacher des normands.
Evidemment, rien n'est fait, ce ne sont que des projets... Tout dépends des conseillers qui seront élus aux prochaines élections...
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 4868
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 16/07/2005

Feuille de personnage
Nom: Guillaume_de_Jeneffe
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Grand Maistre

MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Mar 16 Sep 2008 - 1:02

Pour un peu, il aurait levé les yeux aux ciel, juré et maudit la méconnaissance incroyable des implications que de telles décisions auraient. Mais la colère n'était pas sa compagne, et ce n'était pas à son âge qu'il escomptait que cela change, d'autant plus que le colère ne menait à rien, à l'exception, parfois, du champ de bataille. Mais cela était une autre, une toute autre histoire...

Aussi reprit-il le fil de la discussion, n'ayant laissé que quelques secondes s'écouler depuis les derniers mots de son écuyer-connétable.


- Oui, rien n'est fait, mais laisser ces idées survivre n'est pas pour me rassurer. Reprenons, voulez-vous. Une alliance militaire avec l'Artois, nous l'avons déjà. Un traité d'amitié avec la Hollande, il en existe déjà un. Mais la Hollande est vassale de l'Empereur. Et, lorsque celui-ci se trouvera en conflit avec la France, pensez-vous réellement qu'un traité de non-agression survivra? Pensez-vous d'ailleurs même que nos voisins inclueront dans un tel traité une clause les excluant du service vassalique d'aide à leur seigneur dans un traité avec la Flandre? Et même s'ils le faisaient, cela mènerait à ce que la Flandre accepte de détourner les efforts militaires hollandais sur une autre province française... Excusez-moi, mais je ne vois là aucun honneur, au mieux de la lâcheté, au pire de l'égoïsme... Mais soyons, clairs, je ne souhaite pas une guerre avec la Hollande, bien au contraire. D'ailleurs, rien ne me semble devoir rendre impossible divers sortes d'accord avec eux, même s'ils ne cessent toujours pas de puiser dans nos marchés anversois au mépris de nos lois...
Quant aux Normands, à part le fait de refuser d'aider la France à se défendre des actions de Félons bretons, je ne vois aucune autre raison à dénoncer l'Alliance du Nord. Si nous avons une armée, qui plus est qui n'est que rarement payée par notre conseil lorsqu'elle se rend en Normandie, c'est pour faire la guerre. Pour la Flandre. Et pour la France.
Et, soyons cyniques. Si un jour nous avions à faire la guerre, se priver de la force de frappe normande est presque aussi stupide que de monter à l'assaut des remparts de Troie sans échelle...

_________________

MarieAlice a écrit:
Ensuite, pas mieux que Guillaume

Cerridween, un jour qu'elle regrettera probablement longtemps, a écrit:
t'as raison
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Mar 16 Sep 2008 - 9:12

Un long silence, Bayard digère les paroles de son maistre. Il est heureux de parler avec lui, car même si ainsi il montre toute l'étendue de son inexpérience, il apprend beaucoup. Bayard n'a pas d'orgueil mal placé, il sait qu'il doit encore aprendre, et en tant que Connétable, il se sent responsable de la sécurité de son Comté. Mais cela implique voire à long terme, et en parlant avec Guillaume de Jeneffe, homme d'expérience, il apprend, et comprend mieux les intérêts de certains conseillers. Il prend une leçon de politique, indispensable s'il veut continuer la carrière qu'il aime, pour le bien des terres et des personnes qu'il aime.

- Je comprends mieux, Maistre. Les conseillers qui soufflent ces idées espereraient peut être un rapprochement avec l'Empereur... est-ce possible? J'ai entendu parler, ou j'ai lu dans les archives du Conseil, de certains qui par le passé ont cherché l'indépendance de la Flandre, voir le rattachement au Saint Empire. Ces forces ou ces idées seraient encore présentes au Conseil ? C'est vraiment intéressant. Si l'on veut des Flandres fortes, il faudrait plutôt consolider l'amitié avec les normands, mieux surveiller les échanges avec la Hollande... Et que pensez-vous de notre armée, par rapport à celle de nos voisins? Sommes-nous aussi fort ? Ne faudrait-il pas améliorer certains points, comme la communication ?
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 4868
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 16/07/2005

Feuille de personnage
Nom: Guillaume_de_Jeneffe
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Grand Maistre

MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Mar 16 Sep 2008 - 21:50

L'écuyer semblait écouter, et accepter les paroles du chevalier. Celui-ci en était heureux, tant il était convaincu de la justesse de ses propos. Il avait certes changé sur nombre de points depuis les années qui avaient suivi son établissement à Joinville, mais cela faisait longtemps qu'il restait convaincu que la Flandre ne survivrait pas loin de la France et du Roy. La Flandre et son roi, oui c'était d'ailleurs ce qui les occupait à présent, ces deux Flamands bien loin des cuves de houblons...

- Ma foi, à vous parler sincèrement, je crois que cette vieille marotte de voir un lion de Flandres pliant sous les serres de l'aigle impériale est bien enterrée, et soyez d'ailleurs assuré que je veille à éviter que ces ailes de sable ne recouvrent point nos riantes terres. Non, plus que cela, je crains plutôt l'inconscience de certains. Mais ce n'est point d'inconscience telle que celle des fous dont je parle. Non. Il s'agit plutôt de celle de personne ne songeant pas plus loin que le bout de leur nez, ou de leur lance. Ils ne comprennent pas que se séparer de la Normandie, voire de l'Artois, nous affaiblira. Nous sommes la marche du Nord, celle qui sera exposée en premier si un jour l'empereur décide d'aggrandir ses territoires. La Flandre est un avant-poste de la France, et comme telle, l'isoler est risquer de l'affaiblir, et la laisser à la merci d'Aristote seul sait qui... ou quoi....
Pour éviter cela, il faut des alliances solides, que l'on consolide chaque jour, et une armée qui inspire la crainte, pour ne pas avoir à faire couler le sang d'archers ne voulant que défendre leur terre. En cela, l'armée des Flandres, si elle sait se montrer efficace, doit encore gagner en taille, et en puissance. Et pour ce faire, ma foi, il faut veiller à tenir les casernes éveillées et ne pas cesser de recruter. C'est lourd, long, mais cela est une des meilleures solutions pour ne pas abreuver nos sillons d'un sang plus ou moins pur...

_________________

MarieAlice a écrit:
Ensuite, pas mieux que Guillaume

Cerridween, un jour qu'elle regrettera probablement longtemps, a écrit:
t'as raison
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Mer 17 Sep 2008 - 8:53

Acquiescement du connétable.

- Vous avez raison, une armée plus forte, plus efficace, c'est la meilleure garantie de sécurité des Flandres, quel que soit son ennemi... Revitaliser les casernes, embaucher de jeunes recrues et les former, exercer nos hommes à se déplacer en armée, à réagir au plus vite et au mieux en cas d'appel...

Sur la droite, la silouhette massive de la forteresse apparaît au détour du chemin, tandis que Bayard regarde l'horizon, songeant aux efforts que cela allait demander... mais ça en vaudrait la peine!

- Si vous me le permettez, et là je parle au Lieutenant, dés mon retour à Tournai je reprendrai des séances d'entraînements, et en tant que Connétable, j'espère l'être encore sous le mandat suivant, je mettrai régulièrement en place des exercices intercaserne de déplacement en lance... je crois que cela pourrait se montrer bien efficace...
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 4868
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 16/07/2005

Feuille de personnage
Nom: Guillaume_de_Jeneffe
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Grand Maistre

MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Mer 17 Sep 2008 - 23:20

Ryes revenait face à eux, sa massive silhouette se découpant sur le ciel normand. Comme si, inconsciemment, les deux hommes y avaient dirigé leur monture. Etrange sensation qui étreint le Flamand. Ryes était-elle vraiment le centre de son existence comme il l'avait toujours pensé... Là plus qu'en Paris, plus qu'en Tournai... Pour un peu, il le penserait, oui. Sourire mêlé d'inquiétude qui se peint sur son visage alors que Bayard poursuit plus avant ses réflexions.

- En tant que lieutenant, je suis aux ordres de mon connétable, clin d'oeil rapide, mais je pense plus sérieusement que cela est en effet une très bonne idée. Vous avez déjà prouvé que vous en étiez capable, et je ne vois pas de raison pour que cela ait changé avec le temps. Mais je crois que la Licorne nous rappelle à elle. Que diriez-vous de reprendre cette conversation plus tard, et ailleurs qu'en les marches de Ryes?

_________________

MarieAlice a écrit:
Ensuite, pas mieux que Guillaume

Cerridween, un jour qu'elle regrettera probablement longtemps, a écrit:
t'as raison
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Jeu 18 Sep 2008 - 10:16

- Oui maistre, je pense que nous aurons l'occasion de reparler de tout cela, Ryes doit vous attendre... Une dernière chose, si je reste au conseil, je ferai mon devoir, mais cela ne m'empèche pas si besoin en est de vous signaler des choses que me sembleraient importante, afin que la Licorne puisse anticiper. Et si vous-même avez des idées, des projets, n'hésitez pas à faire entendre votre voix au Conseil par mon intermédiaire. Je crois que cela pourra servir... Je suis votre Escuyer, et c'est un grand honneur pour moi de pouvoir vous servir...
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 4868
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 16/07/2005

Feuille de personnage
Nom: Guillaume_de_Jeneffe
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Grand Maistre

MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   Jeu 18 Sep 2008 - 17:46

La route touchait à sa fin. Dans un instant, ils passeraient le poste de garde et regagneraient leur quartier. Dernière respiration de l'air de la plaine et on y serait. Et dernières paroles pour l'écuyer, du moins dernières touchant ce sujet...

- Frère, je vous remercie de cette proposition, et ne manquerai pas de m'en souvenir, soyez-en rassuré.

Dernier regard vers l'écuyer avant de le quitter, et dernière pensée "Oui, avec lui, les Flandres sont en sécurité..."

_________________

MarieAlice a écrit:
Ensuite, pas mieux que Guillaume

Cerridween, un jour qu'elle regrettera probablement longtemps, a écrit:
t'as raison
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un cavalier isolé... (suite ?)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un cavalier isolé... (suite ?)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un cavalier isolé...
» Un cavalier pour le bal ( suite pour Lana, Opal et Angel)
» Cavalier du Rohan
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» Cavalier/ baliste de Minas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordre Royal des Chevaliers de la Licorne :: Ryes et les environs de la Forteresse :: La région de Ryes-
Sauter vers: