Ordre Royal des Chevaliers de la Licorne


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Charte de l'Ordre Royal des Chevaliers de la Licorne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nith

avatar

Nombre de messages : 3614
Grade : Fantôme des couloirs
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
Nom: Nith
Rang de noblesse: Duc, Vicomte*3, seigneur
Rôle/grade: Grand Maistre du crépi

MessageSujet: Charte de l'Ordre Royal des Chevaliers de la Licorne   Dim 14 Mar 2010 - 18:19

Citation :
Citation :
Charte de l'Ordre Royal de la Licorne

Modifiée par les alors Chancelier Julios et les légistes Ellesya, Fool de Boishardy et Walan et Ratifiée par le Haut Conseil le XVIIe jour de Février 1465, en la forteresse de Ryes, Normandie


I. Préambule

    Lors d'une période sombre de l'histoire de France, durant la guerre de 100 ans, vit le jour l'Ordre des Chevaliers Artésiens. Ordre fondé par Frère Nico qui en était le Maître spirituel, il avait pour but, entre autres, la protection de la veuve et de l'orphelin, l'entraide entre Chevaliers, la protection de l'Église et de l'Ordre. Déjà, cet Ordre arborait comme symbole celui de la Licorne.

    Rapidement rejoint par Hubert dict "le Noble", premier véritable Grand Maitre, et Scinarf, premier Capitaine, l'Ordre se décida à ne plus se donner de frontières au sein du Royaume de France, et il prit le nom d'Ordre de la Licorne.

    Depuis, la Licorne est reconnue comme un des fleurons de la Chevalerie française, ce qui l'a amenée à être le premier Ordre à recevoir la Reconnaissance officielle de la Couronne. L'Ordre porte depuis le nom de "l'Ordre Royal de la Licorne".

    Ses buts sont la protection de la Couronne de France, ainsi que de ses citoyens, et de lutter pour la paix, la justice et l'ordre.

II. Intégration et Hiérarchie

    II.1. Intégration dans l'Ordre

      Le recrutement de l'Ordre se fait par candidature spontanée. Le candidat fournira au Grand Maistre ou à un de ses Capitaines une lettre de motivation faisant état de son parcours et relatant les raisons qui le poussent à vouloir rejoindre la Licorne.

      À réception de cette missive s'ouvre un vote, limité aux seuls membres du Haut Conseil. Trois résultats sont possibles.
      Soit le Haut Conseil ne juge pas le candidat apte à rentrer dans l'Ordre, doute de ses motivations ou de son intégrité. C'est alors un simple refus, pur et net, de la candidature. L'impétrant pourra toutefois à nouveau tenter de rejoindre l'Ordre ultérieurement.
      Soit le Haut Conseil considère que le candidat n'est pas encore apte à rentrer dans l'Ordre du fait de son âge, l'âge minimum étant de seize années révolues. Il sera alors proposé aux chevaliers de l'ordre de le prendre sous leur aile, au titre de page.
      Soit le Haut Conseil juge le candidat apte à entrer en l'Ordre. Il sera alors intégré au rang d'hommes d'armes de la Licorne.

      La procédure peut prendre un certain temps, il est donc recommandé au futur impétrant d'user de patience.

    II.2. Impétrants

      Les impétrants sont les personnes dont le Haut Conseil a accepté la candidature.
      Ils suivent l'Ordre et participent à ses missions mais ne sont pas encore appelés à participer aux débats et votes de l'Ordre.

      II.2.1. Homme d'armes

        Les hommes d'armes sont les candidats adultes commençant leur chemin au sein de l'Ordre. Outre la défense de la forteresse et l'accompagnement des chevaliers en mission, les hommes d'armes seront appelés aux mouvements de troupes, dans lesquels ils pourront prouver s'ils sont aptes à devenir Écuyers, et ainsi intégrer le Chapitre de l'Ordre en s'engageant sur la voie de la chevalerie.

        Après son admission, l'homme d'armes sera soumis à la supervision du responsable des hommes d'armes et se verra désigner un parrain, qui sera au moins écuyer, qui le renseignera sur le fonctionnement de l'Ordre, répondra à ses interrogations et portera jugement sur les aptitudes qu'il aura démontré.

        L'intronisation de l'homme d'arme au rang d'écuyer sera soumise au vote du Chapitre par le Haut Conseil. L'élévation peut être demandée par le parrain, le responsable des hommes d'armes ou tout autre membre du Chapitre.

      II.2.2. Page

        Par sa nature combattante, l'Ordre exige une maturité non seulement morale mais aussi physique, qui fait qu'aucun candidat âgé de moins de seize années révolues ne saurait être accepté au sein de l'Ordre.

        Les pages sont les impétrants qui n'ont pas atteint cet âge minimum pour pouvoir entrer dans l'Ordre. Ils seront pris entièrement en charge par un Chevalier de l’Ordre qui se sera proposé pour lui apprendre les préceptes de la Chevalerie, ainsi que l’art des armes. Le Chevalier prendra en charge l’équipement de son page, ce dernier étant sous sa responsabilité, et non celle de l’ordre.

        Dès l’âge de seize ans atteint, un vote pourra être lancé au sein de l’ordre après avis positif de la part du Chevalier responsable du page, afin de savoir si ce dernier deviendra Homme d’armes, Écuyer de l’Ordre, ou se verra tout simplement refuser l'entrée dans l'ordre. Pour ce faire le page devra rédiger une nouvelle candidature à envoyer à l'un des membres du Haut Conseil, accompagnée d'une lettre de recommandation du Chevalier responsable de l'impétrant.

    II.3. Chapitre

      Le Chapitre est l'assemblée des membres de l'Ordre, tous rangs confondus.
      Tous les membres du Chapitre peuvent participer aux discussions et votes de l'Ordre et y endosser des responsabilités, entre autres droits et devoirs.

      II.3.1. Écuyer

        Accéder au statut écuyer est la première étape de la voie de la Chevalerie dans laquelle l'ancien impétrant est encouragé à persévérer. A cette occasion, tous les membres de l'Ordre, à partir des écuyers, sont appelés, sur proposition du Haut Conseil, à se prononcer pour ou contre la promotion de l'homme d'armes au rang d'écuyer.

        L'Écuyer se voit remettre, lors de son intronisation, sa bannière d'Écuyer ainsi qu'une arme de son choix parmi celles citées sur l'inventaire de la salle d'arme, gravée de la Licorne.
        On lui attribue un mantel gris, couleur d’origine de la laine, lui rappelant que le rang d’écuyer ne lui a été octroyé que pour qu'il puisse prouver sa valeur.

      II.3.2. Errant

        L'Errant est l'Écuyer qui a démontré par ses actions son attachement et son implication au sein de l'Ordre.
        Tout en restant une force vive de l'Ordre, montrant la voie aux recrues, son cheminement doit le conduire à défendre des causes justes, participer à des quêtes et porter haut les couleurs de la Licorne au sein du royaume.

        Lors de la cérémonie de passage, il se voit remettre la bannière des Errants et un écu frappé des armes de la Licorne. Un destrier issu du haras de Ryes sera également confié au nouvel Errant.
        On lui attribue un mantel azur, couleur de l’ordre et de la royauté, symbole de la loyauté et de la fidélité de la Licorne au Roy.

      II.3.3. Chevalier

        Le Chevalier est de ceux qui ont prouvé leur valeur et leur capacité à diriger des hommes. Il acquiert titre et noblesse, faisant écho à sa noblesse d'âme. C'est ainsi, à ce rang, qu'il peut être appelé à entrer au Haut Conseil de l'Ordre.

        Lors de la cérémonie d'adoubement, il se voit chaussé des éperons d'or. Un harnois de corps, un écu à ses armes, sa bannière de Chevalier, ainsi qu'une épée longue gravée de la Licorne, symboles de son grade, lui seront remis.
        On lui attribue également le collier de l’Ordre à la licorne d’argent.

III. Institutions

    III.1. Grand Maistre

      Le Grand Maistre siège à la plus haute place de l'Ordre, et en constitue ainsi la plus haute autorité. Ainsi, il représente également l'Ordre à l'extérieur. Entouré de son Haut Conseil, il prend les décisions sur la direction et les actions de l'Ordre. Il intronise les nouvelles recrues et adoube les nouveaux Chevaliers.

      Lors de sa nomination, il se voit attribuer le heaume et le collier de l'Ordre à la Licorne d'or, symboles de sa fonction.

      En cas de démission, disparition ou décès du Grand Maistre, le Haut Conseil se réunira et chacun des Haut Conseillers citera deux noms de possibles remplaçants, choisis parmi les Chevaliers. La liste de ces noms sera présentée et mise au vote de l'ensemble du Chapitre et PERSONNE n'aura droit de commenter les candidatures, à aucun moment, afin de ne pas influencer les votes.

      Chaque membre du Chapitre de l'Ordre, de l’Écuyer au Capitaine, pourra voter à main levée, en ne donnant que le nom du candidat vers lequel son choix se porte. Au terme de la journée de vote [HRP: 7 jours IRL], le nouveau Grand Maistre sera nommé en la personne du chevalier ayant recueilli le plus de suffrage. En cas d'ex-æquo, un deuxième vote sera lancé [HRP: 3 jours IRL], afin de départager les candidats.

    III.2. Le Haut Conseil

      Le Haut Conseil entoure et aide le Grand Maistre dans sa gestion de l'Ordre. Il se rassemble en réunion, au sein de la Salle du Haut Conseil, où se débattent, votent et décident les directions de l'Ordre. Toutes les décisions sont prises aux 2/3 des voix exprimées, arrondis au supérieur en cas de chiffre impair.

      III.2.1. Capitaines

        Au nombre de deux, ce sont les adjoints du Grand Maistre, qu'il désigne discrétionnairement en leur attribuant les gantelets en fer forgé, symbole de leur charge.

        Ils peuvent remplacer le Grand Maistre dans ses tâches en cas d'absence. De plus, chacun des capitaines reçoit une responsabilité spécifique, en laquelle, en cas d'absence, ils peuvent être remplacés, sur décision du Grand Maistre, par un membre de l'Ordre qui ne siégera pas pour autant au Haut Conseil.

        • Le "Maître de guerre" est le responsable de la menée des actions militaires de l'Ordre. Il gère les aspects tactiques, que sont l'organisation et l'utilisation des armées; stratégiques, que sont la disposition, les déplacements et la gestion des effectifs de l'Ordre dans les opérations militaires; et logistique, en ravitaillant et équipant ses frères dans la mesure des capacités de l'Ordre. Il pourra s'entourer de conseillers militaires, membres de l'ordre choisis par lui. Il est aussi en charge de remplacer le Maistre d’Arme, si le poste est vacant ou en cas d’indisponibilité de ce dernier.

        • Le "Prévôt" est le responsable de la sécurité interne de l'Ordre et de la forteresse et de la gestion des membres de l'Ordre.


      III.2.2. Lieutenant-Commandeurs

        Les charges de Lieutenant-Commandeurs impliquent la responsabilité des tâches internes et sont au nombre de quatre, à savoir celles de Héraut, de Chancelier, de Maistre d'Armes et de Diplomate. En cas d’absence ou de poste vacant, un Lieutenant-Commandeur ou un Capitaine peut être amené a prendre en charge plusieurs fonctions, ou être remplacé, sur décision du Grand Maistre, par un membre de l'Ordre qui ne siégera pas pour autant au Haut Conseil.

        Lors de leur Nomination, les Lieutenant-Commandeurs se voient attribuer deux épées : gravées pour l’une Honneur, et pour l’autre Justice, mots symboliques appartenant à la devise de l’ordre.

        • Le Héraut a pour charge les questions héraldiques telles que le blasonnement et la création des symboles de l'Ordre. Il assurera également le contact avec l'assemblée héraldique et le Grand Écuyer de France. Il peut disposer d'un poursuivant d'armes et jusqu'à trois chevaucheurs d'armes.

        • Le Chancelier a pour charge la législation de l'Ordre. Il préside également la Cour de Justice. Lors de sa nomination on lui attribue une verge de justice symbole de sa fonction.

        • Le Maistre d'Armes a pour charge la formation des frères et des hommes d'armes de l'Ordre, ainsi que la gestion de la salle d'armes. Il œuvre en concertation avec le Maître de guerre. Lors de sa nomination on lui attribue une canne symbole de sa fonction.

        • Le Diplomate a pour charge la gestion des relations entre l'Ordre et les institutions extérieures, hormis celles qui sont fréquentées par les Grand Maître et Capitaines du fait de la spécificité de leur mission. Lors de sa nomination on lui attribue la Plume, symbole de sa fonction.


IV. Devoirs et obligations

    IV.1. Obligations

    • Tout membre de l'Ordre a permission d'intégrer des armées ou organismes politiques régionaux, dans le respect de la charte de la Licorne et de la législation royale. Il doit cependant savoir que la Licorne doit passer avant tout le reste;
    • Tout membre se doit de visiter fréquemment les installations de l'Ordre et d'y montrer une participation minimum;
    • Tout membre se doit de donner son avis et de voter lors des différents sondages tels que l'élection de nouveaux écuyers;
    • Tout membre se doit d'afficher clairement son appartenance à l'Ordre, que ce soit par le port de la bannière correspondante à son grade, ce qui est préféré et donc recommandé, ou une mention d'appartenance claire à l'Ordre;
    • Tout membre se doit de signaler à l’avance ses périodes d’absences;
    • Tout membre se doit de signaler ses changements de domiciles afin de pouvoir maintenir les registres de l'Ordre à jour;
    • Tout membre se doit d'utiliser un langage correct et adapté à son interlocuteur;
    • Tout membre se doit de respecter en tout point la présente charte et le règlement interne de l'Ordre;
    • Tout membre se doit d'afficher un comportement exemplaire et de donner une bonne image, autant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Ordre;
    • Tout membre ne peut entrer en guerre qu'avec l'accord du Haut Conseil et de Sa Majesté, à moins qu'il ne s'agisse de la défense des terres de ce dernier contre l'agression d'une puissance étrangère et/ou criminelle. Cependant, le Haut Conseil a le droit de refuser à ses membres de participer à une guerre qui ne requiert pas son accord, s'il estime que les valeurs prônées par la Charte de l'Ordre ne seraient pas respectées par un engagement militaire.

      Tout manquement à ces obligations peut entraîner des sanctions allant jusqu'à la rétrogradation et le renvoi.

    IV.2. Code de Chevalerie de la Licorne

      Allégeance
      - Le Grand Maître de l'Ordre se doit de jurer fidélité au Roy;
      - Un Chevalier de la Licorne jure fidélité au Grand Maître de l'Ordre ainsi qu'au Roy et au Peuple de France.
      - Un Chevalier de la Licorne se doit de respecter les ordres de ses supérieurs hiérarchiques sauf si ceux-ci sont contraires à la charte ou aux ordres donnés par le Roy de France.
      - Un Chevalier de la Licorne se doit de respecter la charte de la Licorne avant tout.
      - Un Chevalier de la Licorne ne doit en aucun cas favoriser un groupe ou une personne reconnue comme étant criminelle.
      - Tout acte de trahison avéré sera puni d’un renvoi immédiat de l’Ordre.

      Protection
      - Un Chevalier de la Licorne se doit de porter secours à toute personne dans le besoin.
      - Un Chevalier de la Licorne se doit de protéger les innocents au péril de sa vie.
      - Un Chevalier de la Licorne ne peut mettre la vie d’innocents en danger et ce dans quelque but que ce soit.
      - Un Chevalier de la Licorne se doit d’informer la population des actes d’une personne hors la loi. Ce bien sûr uniquement s’il possède des preuves.

      Courtoisie et respect
      - Un Chevalier de la Licorne se doit d’être courtois et de donner une bonne image de la Licorne. Tous propos déplacés seront sanctionnés.
      - Un Chevalier de la Licorne peut mentir si c’est dans le but de protéger quelqu’un et que cela ne va pas à l’encontre d’un ordre de ses supérieurs ou de la charte.
      - Un Chevalier de la Licorne doit savoir se maîtriser. Cependant il n’en est pas moins Homme et peut avoir des paroles déplacées. Si tel est le cas, il devra présenter des excuses publiques.
      - Un Chevalier de la Licorne ne doit jamais forcer la main à quiconque, fusse pour son propre bien.
      - Un Chevalier de la Licorne se doit de faire preuve de galanterie envers les dames.

      Humilité
      - Un Chevalier de la Licorne doit toujours rester humble et ne se contenter que des honneurs qui lui sont donnés
      - Un Chevalier de la Licorne ne doit pas s’abaisser à réclamer.
      - Un Chevalier de la Licorne doit pas hésiter à demander de l’aide si le besoin s’en fait sentir.

      Prouesse
      - Un Chevalier de la Licorne se doit d’effectuer des prouesses afin de gagner le respect et porter haut les valeurs de la Chevalerie de France.
      - Un Chevalier de la Licorne se doit de relever tous les défis qui lui sont lancés sauf si ceux-ci sont stupides ou déshonorants.
      - Un Chevalier de la Licorne se doit d’accepter tous les duels qui lui sont proposés sauf si l’adversaire n’a aucune chance de l’emporter. Auquel cas il se doit de faire comprendre à l’adversaire que c’est folie. Si toutefois celui-ci insiste le chevalier se doit d’accepter le duel.

      Largesse
      - Un Chevalier ayant fait fortune des suites d’une quête se doit de ne conserver que ce qui lui est nécessaire et de donner le reste aux nécessiteux.

      Lutte
      - Un Chevalier de la Licorne se doit de lutter contre toutes les organisations criminelles et contre toute personne s’en prenant à des innocents.
      - Un Chevalier de la Licorne se doit d’aider les forces de polices et militaires dans la mesure de ses moyens, comme par exemple en dénonçant, preuves à l’appui, les spéculateurs et les esclavagistes quels que soient leurs rangs.
      - Un Chevalier de la Licorne n’est autorisé à tuer que si sa vie est en danger.
      - Un Chevalier de la Licorne doit toujours proposer la rédemption à un ennemi vaincu et ne l’achever qu’en cas de refus. Si celui-ci accepte de se repentir il doit être conduit devant un tribunal compétent.

      Religion
      - L’ordre de la Licorne a été créé en partie pour protéger l’Eglise aristotélicienne et plus précisément l’ordre franciscain. Un Chevalier se doit donc d’aider un religieux dans le besoin mais ne peut recevoir d’ordre de sa part car nous ne prêtons pas allégeance à l’Eglise mais au Roy.
      - Un chevalier se doit de respecter la religion d’autrui quelle qu’elle soit.


Citation :
Addendum à la Charte de l’Ordre Royal de la Licorne
Relatif au rang des Cavaliers



Suite à la réforme de la hiérarchie de l’Ordre, le rang de « cavalier » a été supprimé de la Charte. Aussi, le Chapitre est désormais théoriquement constitué d’écuyers, d’errants et des chevaliers.
Toutefois, la réforme n’a pas d’effet rétroactif. De fait, les membres du Chapitre anciennement promus au rang de cavalier continueront à jouir de cette appellation jusqu’à adoubement, dégradation ou disparition, ainsi que des pleins droits et devoirs de tout membre du Chapitre.

Pour mémoire, le cavalier est l’errant ayant prouvé par ses capacités qu’il est apte à prendre des responsabilités au sein de l’Ordre et à porter haut les couleurs de celui-ci. De même qu’il représente un exemple pour les recrues qui entament le cheminement vers la Chevalerie.


Note additionnelle complétant la Charte suite à sa révision ratifiée le XVIIe jour de Février 1465, par le Haut Conseil, en la forteresse de Ryes, sise en Normandie.


Organisation interne (dissocié de la charte)

Citation :
La Cour de Justice

I. Préambule

Organe judiciaire de l'Ordre, elle est apte à juger les manquements des Frères de l'Ordre, et peut ainsi décider des rétrogradations et renvois.

II. De la Composition de la Cour

Elle sera composée de quatre membres :

- du Chancelier, qui fera office de président de la cour ;
- des deux légistes, qui feront office de Juges;
- d'un membre du Haut Conseil, choisi par le Chancelier, qui fera office de Procureur.

Les Juges ne pouvant être de grade inférieur à celui de l'accusé, de même en cas d'absence des légistes, le Chancelier a tout pouvoir pour désigner un remplaçant à chaque légiste avec pour condition qu'ils soient d'un rang supérieur à celui de l'accusé.

En cas d'absence du Chancelier, un Capitaine ou le Grand Maitre lui-même pourrait présider la Cour.

III. De la Saisine

Tout membre de l'Ordre peut demander à ce qu'une affaire soit jugée devant la Cour, à condition d'avoir le soutien de deux membres du Haut Conseil dans cette demande. Tout membre de l'Ordre peut être jugé.

Le président de la Cour est également habilité à se saisir lui-même d'une affaire, sur sa propre initiative, en cas de non respect flagrant de la Charte de l’Ordre. En cela, il n'aura point besoin de soutien d'autres membres du Haut Conseil.

IV. De la Procédure

Une fois le tribunal saisi d'une affaire, le président devra présenter un dossier sur icelle.

Tout membre de l'Ordre peut être appelé à venir témoigner, le plaignant en a l'obligation.

L'accusé peut venir présenter sa défense. S'il ne le fait point, il sera d'office reconnu coupable. Le tribunal devra néanmoins s'assurer que l'accusé dispose de tous les accès nécessaires pour venir se présenter devant la Cour.

A la fin de la procédure, les juges et le président devront rendre leur verdict.


V. Des Accusations et des Peines

De la trahison : toute action pouvant nuire à la Licorne sera reconnue comme trahison. La divulgation d'informations et le non respect des consignes et de la hiérarchie en font partie. Si l'accusé est reconnu coupable de trahison, sa peine sera un renvoi définitif sans aucun espoir de réintégration au sein de l'Ordre.

Du non respect de la Charte : si l'accusé est accusé de n'avoir point respecté la Charte de l'Ordre, sa peine pourra aller du simple blâme au renvoi définitif sans espoir de réintégration, en passant par les travaux pratiques, la rétrogradation, et le renvoi provisoire.
En cas de récidive, seules les peines de renvoi provisoire, et de renvoi définitif sont envisageables.

De la désertion : toute absence prolongée non justifiée sera considérée comme désertion. Si l'accusé est reconnu coupable de désertion, sa peine pourra aller du simple blâme au renvoi définitif sans espoir de réintégration, en passant par les travaux pratiques, la rétrogradation et le renvoi provisoire.
En cas de récidive, seules les peines de renvoi provisoire et de renvoi définitif sont envisageables.

De la justice civile : tout membre se rendant coupable d'actions allant contre les lois civiles pourra également se voir juger par la Cour de Justice de la Licorne. Si l'accusé est reconnu coupable par le Tribunal de la Licorne (et ce sans aucune considération du verdict du Juge civil) sa peine pourra aller du simple blâme au renvoi définitif sans espoir de réintégration, en passant par les travaux pratiques, la rétrogradation et le renvoi provisoire.

Les peines se devront d'être appliquées dès rendu du verdict.

Le Tribunal de la Licorne étant parfaitement indépendant des autres Cours de Justice, aucune demande d'appel au jugement rendu ne pourra être présentée devant la Cour d'Appel du Royaume.

Il est à noter également qu'aucun des jugements ne pourra faire cas de jurisprudence.


VI. Des Accusés

La justice étant aveugle, tout membre de l'Ordre est susceptible d'être jugé.

L'accusé aura possibilité d'appeler un témoin, si l'affaire le nécessite.

Citation :
Maistre d'Armes et Cursus

I. Introduction: de la nécessité d'un Maistre d'Armes

De tous temps, l'Ordre de la Licorne a fonctionné, en matière d'intégration des écuyers et de formation, par le chemin du parrainage et de l'expérience sur le terrain. Or, il est avéré que de nos jours, cela ne suffit plus, et que nombres d'écuyers ne parviennent plus à trouver leur place en nos rangs, provoquant un nombre de désertion chez les nouvelles recrues de plus en plus grand.

De même, il a été constaté que l'activité au sein de l'Ordre n'est plus ce qu'elle pouvait être d'antan. Nos Frères passent mais ne se croisent plus. La réaffectation de la salle d'armes, ainsi que les activités y étant attachées, inciterait-elle peut-être nos membres à redécouvrir les joies de la fratrie dans un lieu autre qu'une taverne.

Le projet ci présenté tente de répondre, ne fusse que partiellement, à ces situations.

II. De la fonction

Le Maistre d'Armes a pour fonction la gestion de la salle d'armes, des écuries, ainsi que la responsabilité de la formation des écuyers de l'Ordre. Il sera également fortement recommandé aux chevaliers errants de continuer à suivre le cursus -voir point IV- jusqu'à l'adoubement.

Il siège au Haut Conseil, afin de pouvoir à tout moment exprimer son avis sur les écuyers et errants, particulièrement lors des discussions sur les montées en grade. Dans ce cadre, il rendra périodiquement un rapport complet du suivi du cursus et un avis motivé pour l'ensemble des écuyers et des errants. Le cursus et la participation aux activités données par le Maistre d'Armes deviendront donc des données prépondérantes en ce qui concerne l'obtention du grade d'errant et l'adoubement.

Il devra également toujours s'assurer du bon état de la salle d'armes ainsi que des écuries. Il pourra, dans ses tâches, s'entourer d'autant d'adjoints qu'il le souhaite. Iceux devront cependant avoir grade minimum d'errant ou avoir titre de bachelier.

III. Des bacheliers

Tous membres de l'Ordre ayant réussi, au regard des critères du Maistre d'Armes, à relever le défi qu'est le cursus sur le long terme, seront recommandés pour une montée en grade au Haut Conseil. Ils obtiendront, de même, titre de bachelier. Le bachelier n'est en rien un grade au sein de l'Ordre, et la hiérarchie déjà existante reste inchangée. Le bachelier n'est ainsi qu'un signe de reconnaissance donné par le Maistre d'Armes, jugeant alors que l'écuyer/errant a déjà fait un grand pas dans sa formation, et qu'il serait apte à gravir d'autres échelons dans sa progression au sein de l'Ordre. A noter, bien sur, que la participation assidue au cursus en elle-même ne suffit pas, et que les montées en grade devront également se mériter par l'investissement au sein de l'Ordre, que ce soit en interne et/ou sur le terrain.

IV. Du cursus et son fonctionnement

Composé d'un vaste entrainement martial et équestre, d'une préparation physique et morale, le cursus se calque sur les formations que pouvaient recevoir les écuyers du temps des Capétiens. Bien sur, nous entendons bien que les écuyers modernes qui intègrent l'Ordre sont plus agés que les écuyers "à l'ancienne". La formation s'adaptera donc à ce fait.

Les activités du cursus seront annoncées comme suit: en salle d'armes sera laissée, à la fin de chaque activité, l'annonce de la suivante. L'activité y sera expliquée et détaillée, autant sur le fond, la forme, que sur la durée. Tout membre de l'Ordre souhaitant y participer aura jusqu'au début de la dite activité pour s'y inscrire.

Le seul talent ne suffira pas à obtenir la bonne appréciation du Maistre d'Armes, l'assiduité et l'investissement sont nécessaires et font partie des preuves que doivent apporter les écuyers et les errants. Le Maistre d'Armes a également toute liberté de vérifier à travers ces activités que ses élèves respectent la charte de l'Ordre ainsi que les valeurs chevaleresques dont chaque membre doit faire son credo.

Chaque mois, un bilan composé des appréciations du Maistre d'Armes sera publié. C'est en partie sur ce bilan que seront basés les rapports fait au Haut Conseil.


_________________
Faible présence. passez par mp.


Dernière édition par nith le Dim 14 Mar 2010 - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Charte de l'Ordre Royal des Chevaliers de la Licorne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charte de l'Ordre Royal des Chevaliers de la Licorne
» Zique
» Les Armes du chevalier
» Sous forum licornes sur RR
» Groucho et chico

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordre Royal des Chevaliers de la Licorne :: A lire avant toute arrivée :: Documents officiels et Informations RP-
Sauter vers: