Ordre Royal des Chevaliers de la Licorne


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [RP]L’émissaire taciturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angel Le Coi

avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 16/03/2010

MessageSujet: [RP]L’émissaire taciturne   Mar 16 Mar 2010 - 21:33

[La fin d’un long voyage]

Il traverse le village sous la pluie, démuni de tout ou presque.

Frôle les murs Angel, ne te fais pas remarquer, pas encore… Il a faim, soif et l’épuisement aura bientôt raison de lui s’il ne trouve pas un endroit accueillant où se reposer et se goinfrer. Car il compte bien se faire péter la panse dès qu’il en aura l’occasion !
Son regard se pose machinalement sur les bâtisses dévorées par le feu. Il fait nuit mais le rougeoiement des flammes met en lumière une file humaine qui s’épuise pour amener des seaux jusque sur les flammes encore en vie.
Ce spectacle de désolation le laisse de marbre : ses pensées vont ailleurs, pas bien loin, juste hier soir. Il a trouvé les écus qui lui faisaient défaut sans trop de difficulté et au souvenir de ce moment si plaisant, il sourit. Son regard mobile se pose ici et là, repérage en règle exigé par sa condition en ce lieu.
Malgré tout, il fait halte sous une porte cochère pour se reposer, rassembler ses esprits désorganisés par les images évoquées. Il s’appuie dos au mur, d’abord hésitant puis s’assied, se pelotonne et enserre de ses bras grêles et trop courts des genoux bancroches qu’il ramasse tout contre lui. Il a froid, trempé jusqu’aux os.

Des lustres qu’il a quitté Nîmes, après les fêtes de fin d’année. Tante Louise lui a fait toutes les recommandations utiles au bon déroulement de son voyage. Tante Louise, la seule personne pour qui il ressent de l’affection. Et puis LouCaillou aussi, parce le morveux lui ressemble un peu. La souffrance, les douleurs.
Il tâte à travers son mantel miteux les planchettes de bois que la Tante lui a remises le jour de son départ :
- "Avec ça, Angel, tu pourras te débrouiller sur les chemins : quand tu auras faim, soif, que tu chercheras ton chemin ou un endroit pour dormir".
Chère Tante Louise… Voulant bien faire, elle lui colle son silence éternel comme seul compagnon de route. Il peut maintenant toucher son infirmité, elle prend vie sous ses doigts a travers les mots gravés. Et ça l’a mis en colère. Il n’en a rien laissé paraître, remerciant de son sourire le plus idiot sa nourrice si naïve.
"- Et n’oublie pas ta clochette Angel!
Sa clochette… encore une fichue idée de la Grosse ! Lui qui aime l’invisible, elle lui conseille d’ameuter pour exister.

La faim le tenaille, se manifeste à le mettre au bord de la défaillance. Il faut qu’il trouve pitance et vite. Mais où ? A qui demander ? Au loin, les gens continuent de s’agiter, luttant comme des forcenés contre le maître des Enfers.

Il se relève, masse ses membres perpétuellement douloureux, rassemble ses dernières forces et guette un quidam isolé. La patience est son alliée.
Revenir en haut Aller en bas
killijo

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/03/2010

Feuille de personnage
Nom: Killijo_de_denere
Rang de noblesse:
Rôle/grade:

MessageSujet: Re: [RP]L’émissaire taciturne   Dim 21 Mar 2010 - 18:42

Killijo est venu porter sa candidature pour intégrer les chevaliers de la Licorne. Il a donné son document, adressé au Grand Maître, puis il est allé à Ryes, le village tout près de la forteresse. Son cheval se repose après cette longue course à l’écurie d’une auberge qu’il a trouvée. Mais il ne peut y dormir, apparemment, il n’est possible que d’y boire. La bière n’est pas mauvaise, mais il préfère le vin d’Anjou. Il a donc repris son cheval et erre dans les rues, à la recherche d’un endroit assez confortable où il pourra déposer sa carcasse le temps d’une nuit.

Il aime beaucoup voyager et a l’habitude des routes. Il dort assez fréquemment le long des routes, à côté de ses marchandises. Il a bien pensé à prendre une couverture sous laquelle s’abriter durant la nuit, mais il ne sait pas comment est cette ville, est-elle bien famée ? Il se dit que ce n’est pas parce qu’elle est proche d’une forteresse de chevaliers qu’il faut s’y fier pour autant. Il déambule dans la rue, l’œil aux aguets, tenant son cheval à la bride. Il regrette de l’avoir pris avec lui, mais il craint que s’il le laisse à l’aubergiste, le malin n’en profite pour le revendre.

Au loin, il entend des cris et des bruits qui démontrent des hommes en plein effort. Il s’avance assez rapidement pour aller voir ce qu’il se passe. Peut-être un accident, ou pire... Il peut toujours aller donner son aide avec son cheval pour sauver le ou la malheureu(se)x.
Revenir en haut Aller en bas
Angel Le Coi

avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 16/03/2010

MessageSujet: Re: [RP]L’émissaire taciturne   Dim 21 Mar 2010 - 20:49

La chance lui sourit enfin. Un homme passe non loin de lui, qui tient son cheval par la bride. Angel ne voit que son dos et le cul de la bête. L’homme semble hâter le pas et prendre la direction des fous qui luttent contre le feu. Il faut qu’il le retienne, il faut qu’il lui demande, il faut qu’il mange. Si c’est nécessaire, il sortira sa clochette pour attirer son attention … Rapidement, il se lance à la suite de l’homme, obligé de trottiner pour le rattraper. Il a une main dans la poche de son manteau de miséreux et avance son autre main vers l’homme qui ne l’a pas entendu venir. Angel se saisit d’un pan de sa cape et tire dessus, le souffle court, épuisé par le manque de sommeil et de nourriture.
Revenir en haut Aller en bas
killijo

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/03/2010

Feuille de personnage
Nom: Killijo_de_denere
Rang de noblesse:
Rôle/grade:

MessageSujet: Re: [RP]L’émissaire taciturne   Mer 24 Mar 2010 - 5:45

Il sent que l’on tire sur sa cape. Surpris, il se retourne pour voir le petit enfantelet qui veut lui quémander quelque chose. Il a du mal à distinguer ses traits dans la nuit. Il entend toujours les cris et les efforts faits par les autres au loin. Il a un geste d’impatience.

Enfin petit, que veux-tu ?

Il ne distinguait qu’une masse à moitié affalée par terre. Resserrant sa main sur les liens de son cheval, il tentait de voir qui cela pouvait être. Il n’avait pas grand-chose sur lui, mais il restait toujours méfiant, redoutant de se retrouver ici sans le sou, à la merci du moindre brigand qui passe, et qui voudrait lui voler ce qu’il pourrait lui rester. Il pose la main sur son épée, plus par habitude que par réelle intention de l’utiliser.
Revenir en haut Aller en bas
Angel Le Coi

avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 16/03/2010

MessageSujet: Re: [RP]L’émissaire taciturne   Mer 24 Mar 2010 - 20:01

L’homme se retourne, surpris. Est-ce son apparence ou parce qu’il a attiré son attention ainsi ? Angel a l’habitude d’inspirer méfiance et dégoût. Et on le prend souvent pour un enfant alors qu’il est un adulte, jeune certes, mais adulte. La pénombre à cet endroit joue en sa faveur pourtant : l’autre n’a pas encore vu comme il est laid et repoussant. Il ne voit pas ce regard de haine que le nabot porte sur ses congénères et sur le monde en général. Personne ne sait… Sauf peut-être LouCaillou avec qui il peut se permettre d’être lui-même. L’enfant adopté des ex-lieutenants ne connaît pas la haine, il est si pur.
A l’évocation de ses voisins, il sent son rythme cardiaque s’accélérer, son souffle déjà court se fait sifflement. La rousse, la vaniteuse qui croit tout savoir ! Quand elle l’a pris sur le fait, en train de voler des provisions dans leur garde-manger, elle lui a fait la morale sur ce ton hautain qui la caractérise. Elle s’est moquée de lui en disant que pour un voleur, il n’était pas très malin ! Dès lors, à chaque fois qu’ils se sont croisés, elle l’a toisé avec cette moquerie perpétuelle au fond de l’œil.
Tssssit… Il lui prouvera le contraire, bientôt, très vite.

Un rictus qui se veut sourire déforme son visage disgracieux à l’évocation de ce futur si proche.

Mais le grand homme a posé sa main sur son épée, il est temps pour Angel de lui faire comprendre ce qu’il attend de lui. Alors il joint ses quatre doigts à son pouce, porte la main à sa bouche grande ouverte et grogne ‘
mammmm mammmm ». Pas question de sortir sa planchette. Puis sa main restée dans son mantel se saisit d’une bourse qu’il sort aussitôt, prouvant ainsi qu’il n’en a pas après l’argent du sieur encore inconnu. Le rassurer, vite. Et pour être certain que l’homme comprend bien ce qu’il veut, il se frotte l’estomac vivement.
Revenir en haut Aller en bas
killijo

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/03/2010

Feuille de personnage
Nom: Killijo_de_denere
Rang de noblesse:
Rôle/grade:

MessageSujet: Re: [RP]L’émissaire taciturne   Lun 29 Mar 2010 - 23:11

Killijo regarde l'individu se frotter le ventre. Il entend une espèce de bruit qui semble lui dire qu'il a faim. Lui donner à manger ? Mais il n'a rien sur lui, il vient à peine d'arriver sur les lieux, il ne connaît personne à part Sepa Von Strass qui lui avait parlé de l'ordre de la Licorne. Il s'aperçoit qu'il pensait avoir à faire à un enfant, mais il semble être un homme. Il commence à se méfier, resserrant plus fort la bride de son cheval, il tente de deviner ce qu'il veut réellement.

Je n'ai rien sur moi ! Même pas un quignon de pain. Passe ton chemin mon brave.

Il se demande pourquoi cet individu reste autant dans l'ombre. Qu'a-t-il à cacher donc ? Il préfère partir, plus loin, et même ne plus croiser des gens, il ne connaît pas la Normandie, et se demande ce que ce duché peut lui réserver. Il s'éloigne, sans pour autant tourner le dos à l'énergumène qui continue à grogner. On ne sait jamais ce qu'il peut passer dans la tête des gens affamés. Pour un peu, il tenterait d'arracher un cuisseau à son cheval s'il le pouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Malvina



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 01/04/2010

MessageSujet: Re: [RP]L’émissaire taciturne   Jeu 1 Avr 2010 - 23:09

[A l'entrée de Ryes]

Pfiou, j’en peux plus. Ces sabots me ruinent les pieds pis que si j’avais botté le fondement d’un troupeau de hérissons…. Ah, foutue tignasse qui me masque la vue au moindre coup de vent. Il faudra que je trouve un barbier qui me raccourcisse ça….
Ah ! Enfin un hameau. Je vais pouvoir manger et me vautrer sur une vraie paillasse. Tant pis pour la bourse, il me faut trouver une auberge.

Humpf, humpf, humpf… Pouah ça sent la fumée… Ah je comprends, le feu a été bouté icelieu… Ah on dirait que l’homme prend le pas sur le diable au jour d’huy, le feu se meurt. Bon, assez contemplé, il me faut une auberge qui accueillerait une honnête voyageuse. Tiens, voilà un gamin qui va se faire un plaisir de me renseigner.


Hé toi, le nabot, indique-moi l’auberge, veux-tu ?

Beurk, pas si gamin que ça, mais bel et bien nabot. Espérons que le Créateur lui a échangé une dose de servilité contre physique attrayant…
Revenir en haut Aller en bas
Angel Le Coi

avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 16/03/2010

MessageSujet: Re: [RP]L’émissaire taciturne   Dim 30 Mai 2010 - 16:27

[Le lendemain, dans la forêt de Ryes]

Un rayon de soleil vient lui caresser le visage. Il ouvre un œil, le referme et s’enfonce dans ses souvenirs d’hier. Le nabot sent sa présence, là, tout prêt de lui. Il n’a pas besoin de la voir pour s’en assurer, son odeur de femelle si écoeurante lui suffit. Un sourire, contorsion hideuse, s’ouvre sur une bouche édentée. Il passe goulument sa langue sur ses lèvres minces et exsangues sans se départir de son rictus infâme. Il remue sur la jonchée de petits bois qui leur sert de paillasse. Une chance qu’il ait trouvé cette cabane en lisière de forêt, lui qui ne connaît pas la région. Leur repas commun, pris dans une auberge de Ryes leur a redonné forces et vigueurs à tous deux. Faut dire que la demoiselle était elle aussi affamée. Une drôle de rencontre …

Angel attendait que quelqu’un passe pour s’enquérir d’un endroit où il pourrait faire bonne chère. Il mourrait de faim et d’épuisement après un voyage qui avait duré des mois. Mais Aristote le Faible avait de nouveau déserté et Le Malin avait pris son tour de garde ici, à Ryes. Cet endroit de la ville était dévoré par les flammes de l’Enfer et pas un clampin pour le renseigner. Oh, il avait bien réussi à attirer l’attention d’un passant mais ce dernier, certainement rebuté par son aspect si particulier, avait préféré s’éloigner sans plus prêter attention au nain hideux. Il désespérait de se sortir de ce merdier quand elle l’avait abordé. Un miracle qu’elle l’ait vu, à demi caché sous une porte cochère.


Hé toi, le nabot, indique-moi l’auberge, veux-tu ?

Il avait d’abord sursauté sous l’invective, prêt à agir en conséquence, puis s’était repris, remisant sa colère dans un coin, sentant instinctivement qu’elle allait lui être utile.
Patience Angel, plus tard …

Ne pouvant répondre, il s’était mis à gesticuler devant la dame et à grands renforts de grognements gutturaux et de mimes bien ordonnés, il s’était fait comprendre. Pour la séduire, il avait revêtu son visage repoussant de l’apparence d’un être pure et naïf. La donzelle fut conquise en un rien de temps et l’instinct maternel qu’il suscitait à chaque pantomime du genre l’avait aussitôt mise dans tous ses états de femelle hystérique.

Oh, pauvre garçon ! Ainsi tu ne peux parler ? Tu as l’air si… si frêle et tellement mal en point ! Mais d’où viens-tu ? Que fais-tu ici, seul ?

Elle s’était tu soudain et son visage avait pris cette teinte rosée si particulière aux femmes qui se rendent compte de la bêtise de leurs propos. Mal à l’aise, elle avait détourné la tête vers les flammes de moins en moins vives et tendu la main en la direction opposée.

Pauvre gourde ! avait-il alors pensé, réfrénant son envie de lui faire du mal, là, maintenant.

Allons ensemble chercher par là-bas une auberge, ce serait bien le diable si nous n’en trouvions pas dans cette ville ! Nous mangerons et boirons comme des chancres, promis ! Je m’appelle Malvina. Et toi ?

Le diable… Elle ne le connait pas pour l’évoquer aussi facilement ! Et voilà qu’elle me demande comment je m’appelle ! Non, je ne sortirais pas ma tablette de bois, celle où mon nom est gravé. Quelle cruche ! Une de plus ! A croire qu’il était voué à ne rencontrer que des commères idiotes. Quelles raisons avaient-elles de vivre ? Procréer ? Faire des moutards geignards et envahissants dont elles se débarrassaient quand ils devenaient trop âgés ? Bonnes qu’à se faire trousser ces ordures !

Malvina ? Pffff... grotesque !


Heureusement, ils s’étaient déjà mis en route et la fille, tout à ses jacasseries, ne prêtait aucune attention au Taciturne que la colère intérieure consumait comme les flammes au loin les derniers pans de masures et qui essayait de la suivre, peinant à chaque enjambée à cause de ses infirmités. Par bonheur, le couple si mal assorti avait rapidement déniché une petite auberge et tous deux s’étaient goinfrés, avalant ce que l’aubergiste leur proposait sans tiquer. Angel avait tenu à payer et la donzelle, reconnaissante, n’avait pas moufté.

Il remue à nouveau et cette fois, ouvre grand les yeux. Un bras replié sous sa nuque, l’autre cherche sa compagne. Il la touche, à tâtons, il ne peut pas la regarder. Sa peau tiède lui donne des frissons. Sa main s’attarde sur sa hanche : d’abord caresses légères puis appuyées pour finir en pincements, en coups d’ongles rageurs qui s’incrustent dans la chair. Malvina n’est pas douillette. Ou elle ne l’est plus.


Tiens le toit de la hutte est troué là, une chance que le temps soit clément !

Il aperçoit un ciel blanc que perce de temps à autre un timide rayon de soleil. Angel grogne. Il a tant à faire aujourd’hui : s’occuper de sa compagne avant tout, elle est devenue sa priorité depuis cette nuit. Il faut qu’elle soit belle, présentable, ils vont aller se promener tous les deux, il lui a promis. Il lui a promis de lui donner une belle maison, une demeure qu’elle gardera pour elle seule et pour toujours.
Le parchemin sur lequel il a couché ses promesses de vie meilleure traîne juste à côté de lui. Par endroit du rouge se mêle au noir de l’encre…

Angel se redresse tout à coup et explose d’un rire qui ressemble au cri d’un cochon qu’on égorge. Malvina ne se réveille pas pour autant. Son visage pâle est encadré de cheveux bien coiffés et ses yeux sont bien clos. Trop peut-être…Le Nîmois remonte la couverture jusque sous le menton de la jeune femme.


Et ensuite, il faut que je trouve la forteresse, que je donne le message à Rems... et à cette maudite rouquine ! Et si j’allais d’abord porter le message ?
Peux-tu attendre un peu Malvina ? Je n’en aurai pas pour longtemps tu sais. Ensuite…


Angel est déjà en train d’enfiler ses vêtements. Des propres, pas ceux qu’il portait cette nuit. Ceux-là, il lui faudra les brûler. Ou peut-être les laisser à Malvina ?
Le nabot est très agité, passant du cri du cochon au grognement sourd et inquiétant. Il enfile son mantel miteux et s’assure du contenu de ses poches : tout est là.
Il jette un dernier regard derrière lui et sort de la cabane en faisant de grands gestes :
A tout à l’heure Malvina chérie, sois sage et sois prête quand je rentre surtout !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP]L’émissaire taciturne   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP]L’émissaire taciturne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP]L’émissaire taciturne
» Julien Vogel... [Archer & Emissaire des nains]
» Ao Yoruno, l'Émissaire de la Nuit [En Attente de Validation]
» Rapport de bataille Nécron (Cypher) V.S GI (Crazy Boby) 3000pts
» Émissaire de Savoy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordre Royal des Chevaliers de la Licorne :: Ryes et les environs de la Forteresse :: La région de Ryes :: Ryes-
Sauter vers: