Ordre Royal des Chevaliers de la Licorne


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Fool.deboishardy

avatar

Nombre de messages : 1291
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 08/07/2009

Feuille de personnage
Nom: Fool Deboishardy
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Chevalier

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Ven 24 Avr 2015 - 23:13

Fool agenouillé devant le chevalier écouta avec attention la « mise en garde » de ce dernier.

Il se remémora une nouvelle fois l'entretien qui avait décidé de son entrée dans l'ordre. Si à l'époque il ne l'aurait pas qualifié de réussite puisque non reçu comme écuyer, aujourd'hui que dire ?... La vie vous réservait des surprises tantôt mauvaises tantôt bonnes. Il se rappellait surtout de son envie de devenir chevalier qui avait motivé sa candidature. Cela faisait rêver un simple lieutenant de l'Ost languedocienne : L'armure étincelante, le puissant destrier, la lance aiguisée et l'écu flamboyant...

Comme homme d'armes, il avait appris l'humilité, le fonctionnement de l'ordre et sa finalité. Il n'avait plus pensé au fier chevalier à l'armure étincelante. Certes c'était une étape sur le chemin mais elle lui paraissait tellement loin. Le masque tombé, il s'était consacré à l'essentiel, à la raison véritable qui avait vraiment motivée sa candidature : le service à autrui, être utile au Royaume de France et à son peuple. C'était déjà ce qui avait déjà motivé son engagement à l'ost : protéger le languedoc et Montpellier.

Son passage comme écuyer avait été une très grande fiertè, reconnu pleinement membre de l'ordre. Mais sa plus grande fierté était de n'avoir jamais failli au service du royaume. A une époque, humainement en désaccord avec des politiques royales, il a fait confiance en la clairvoyance de l'Ordre et de ses dirigeants pour que son bras serve au mieux les intérêts du royaume... jusqu'au sacrifice final... Un léger picotement au senestre. D'abord une honte, doutant de redevenir le combattant qu'il avait été. Il avait finit par s'en faire un honneur d'avoir perdu sa main pour le Royaume et la Licorne.

Aujourd'hui Guillaume lui demandait s'il souhaitait poursuivre son chemin icelieu avec la charge, la responsabilité de chevalier ? Accepter c'était aller au devant de nouveaux périls, des larmes, de la douleur et bien d'autres maux et batailles à venir, mais c'était surtout définitivement vouer sa vie à l'Ordre et au Royaume de France. N'était-ce pas cela qui avait toujours tambouriné en son sein et guidé ses pas jusqu'à ce jour sur cette place de ce village normand ?

Le chevalier à l'armure étincelante était de nouveau là. Il avait un peu vieilli et surtout beaucoup compris et mûri par un long et ardu chemin initiatique. Souhaitait-il continuer ce difficile chemin ?

Il écouta le serment à prononcer devant ses frères et sœurs et invités. Que de témoins ! Nulle place pour la défaillance. Il hésita un instant, sachant que nul retour en arrière ne serait possible après. Avait-il déjà reculé pour ses idéaux ?

Il parla d'une voix calme où perçait, malgré ses efforts pour la contenir, une infime pointe d'émotion.

Qu'il soit su de mes frères et de mes sœurs, aujourd'hui en ce lieu, et à jamais pour les siècles des siècles, que moi, Fool de Boishardy, ayant été reconnu par mes pairs comme digne de porter haut les couleurs de notre ordre deviens par cet écu chevalier de plein droit de notre ordre.

Que les hommes, enclins au mal, et le démon qui parfois sommeille en eux prennent garde à mon bras, qui tel Michael, tel Lancelot, se fera le gardien des faibles et des opprimés, pour aujourd'hui et tant que Dieu me prêtera vie.

Que nul n'ignore que la Justice et la Bravoure guident ma route, et que je ne crains pas le mal.

Il marqua un instant une pause, tant pour reprendre son souffle que pour laisser sa mémoire retrouver la suite du serment.

De par ma bouche je déclare, que nul homme, paysan, soldat, noble ou roy ne pourra me soustraire à mon serment.
Qu'il soit su aux oreilles de tous qu'aujourd'hui en ce jour je reste un fils de la Licorne.
Qu'il soit su aux oreilles de tous aujourd'hui que je jure allégeance à sa majesté Angelyque, Reyne de France par la grâce de Dieu, à la vie et à la mort. Que si par ma vie ou ma mort, par ma langue, mon esprit ou ma lame, je puis la servir et la défendre, je n'aurai nulle hésitation, nulle contrainte, nul obstacle face à moi.
Qu'il soit su aux oreilles de tous aujourd'hui que je jure allégeance à l'ordre royal de Chevalerie de la Licorne, et par la même à la personne de Bess Saincte Merveille Rouben, son Grand Maître. Je jure de la protéger, l'assister, la secourir face à n'importe quel péril, face à n'importe quelle adversité.
Qu'il soit su aux oreilles de tous aujourd'hui que je jure fidélité au peuple de France, pour aujourd'hui et à jamais. Que de par mon bras je défendrai veuve, orphelin, innocent, simple d'esprit, opprimé, éclopé, ou simple paysan, comme n'importe quelle autre personne de ce royaume.
Que je combattrai de toutes mes forces le mal sous toutes ses formes. Que je combattrai tyrans, guerriers assoiffés de mort, mafioso avec la même efficacité, et le même sens du devoir.
Que je ferai respecter à jamais Honneur, Justice, Bravoure, Loyauté, Bonté d'âme, et mes valeurs.

Gravant chaque mot dans son esprit afin qu'ils viennent l'éclairer dans ses moments de doute et d'indécision. Il reprit.

Que la devise séculaire de l'ordre devienne mienne par ma bouche qui la prononce, et que

JUSTICE ET BRAVOURE

devienne le mot d'ordre de mon attachement au royaume.

Il termina de prononcer ses derniers mots, le regard sur le chevalier De Jeneffe. Il avait beau avoir vu cette cérémonie moultes fois ; en cet instant tout lui paraissait différent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://domaine-deboishardy.forumsactifs.com
Julien Giffard

avatar

Nombre de messages : 406
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 11/09/2011

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Dim 26 Avr 2015 - 13:23

Guillaume avait entamé la cérémonie et les uns et les autres finissaient d'arriver. Le GEF écouta avec attention le discours prononcé, se permettant de hocher de la tête à certaines réflexions. Il écouta ensuite avec attention les paroles échangées entre l'ancien et le futur chevalier. Toujours bon de savoir comment procède les autres ordres. Sauf que là, ce serait à son tour de jouer et il allait devoir adapter ce qu'il connaissait, à savoir l'adoubement à la sauce hospitalière, pour un frère de la Licorne. Lorsque Guillaume lui fit un signe, le GEF se leva alors, s'approcha du futur chevalier et se tourna vers l'assemblée.


Frères et soeurs de la Licorne, c'est un véritable honneur de me tenir ce jour devant vous afin de pouvoir procéder à des adoubements. Honneur mais aussi soulagement car depuis fort longtemps nous n'avions plus guère de nouvelles de l'Ordre de la Licorne. En ce jour, et grâce à l'investissement du chevalier de Jeneffe que je tiens à remercier pour son implication au sein du Conseil des Ordres Royaux de France et pour m'avoir aidé à réactualiser le texte de reconnaissance royal de la Licorne, cette absence prend fin. Bientôt nous chevaucherons de nouveau en direction de la Champagne, côte à côte, les ordres royaux unis.

Puis se tournant vers Fool, le GEF tiqua. Chez les Hospitaliers, on donnait l'épée de l'ordre à l'impétrant et c'était avec celle ci qu'on l'adoubait. Heureusement pour lui qu'il sortait toujours en armes sinon il aurait eu l'air fin à devoir emprunter une épée... Il la sortit donc de son fourreau et se mit face au quasi chevalier.


Frère, le hasard veut que ce soit avec mon épée ce jour que je vous adoube. Sachez que celle ci me fut confiée en héritage par un vieux chevalier de France et chevalier de l'ordre de Saint Ouen, Vinkolat Gisors. Que l'adoubement avec cette épée te permette de t’empeigner des valeurs portées par nos prédécesseurs. 


Pose le plat de l'épée sur son épaule gauche.

Moi, Julien Giffard, Chevalier et Grand Ecuyer de France, par la grâce du Très-Haut et par les prérogatives qui sont les miennes,


Hop, passage du plat de l'épée à l'épaule droite


Par Christos, Saint-Jean, Saint-Georges et Saint Michel,


Pose maintenant l'épée sur le sommet de sa tête

T'élève à la dignité de Chevalier


Puis hôte son gant, et le gifle du plat de la main


La gifle que tu viens de recevoir est la dernière que tu accepteras sans répliquer. Désormais tu défends l'honneur de tous tes frères et sœurs Chevaliers, tous Ordres confondus.
Lève toi chevalier, et fais face au reste du monde!

Se tourne de nouveau vers Guillaume, ne sachant pas très bien qui devait poursuivre. Lui ou Agnès?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Liloia_de_baish

avatar

Nombre de messages : 10
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 13/10/2013

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Lun 27 Avr 2015 - 18:47

Attentive au serment prêté pour pouvoir témoigner qu'elle s'est déroulé dans les formes et écoutant avec attention les paroles de Monsieur Le Grand, je suis cette cérémonie nouvelle pour moi et si différente dans la forme de celle de Sépulcre.
Un moment de flottement... Je ne connais pas le déroulement de cette cérémonie , mais je pressens que c'est bientôt au héraut d'intervenir pour donner la patente au nouveau chevalier afin que nul ne conteste qu'il est à jamais maintenant Chevalier. Qui de Monjoye ou de moi interviendra? Je tourne mon regard vers celle-ci, interrogative.

_________________


Marche doucement car tu marches sur mes rêves...
Revenir en haut Aller en bas
Fool.deboishardy

avatar

Nombre de messages : 1291
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 08/07/2009

Feuille de personnage
Nom: Fool Deboishardy
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Chevalier

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Lun 27 Avr 2015 - 21:09

Ce n'était point le Grand Maitre de l'ordre de la Licorne qui allait faire de Fool un chevalier, mais pouvait-il dire qu'il perdait au change? par sa foi non. N'était ce point la cérémonie de la renaissance pour la Licorne? en lieu et place d'une cérémonie "privée", c'était une cérémonie de partage avec les autres ordres royaux. La seule chose qui atténuait son bonheur était l'absence d'un certain nombre de ses frères et soeurs licorneux. Les uns disparut, les autres tombés ou encore simples absents.


L'adoubement fait par le grand écuyer ne ressemblait nullement , pour le coup, à ce que Fool avait en tête, encore qu'en y réfléchissant le principe était le même...


La joue encore douloureuse du coup reçu, le nouveau chevalier se releva et regarda fièrement les 2 chevaliers se tenant devant lui.


Après un instant il se demanda quelle serait la suite: A la façon licorneuse ou bien à une autre sauce?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://domaine-deboishardy.forumsactifs.com
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 4868
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 16/07/2005

Feuille de personnage
Nom: Guillaume_de_Jeneffe
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Grand Maistre

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Sam 2 Mai 2015 - 18:13

La suite fut licorneuse. Guillaume avait remercié Julien d'un large sourire et d'un hochement de tête, comme cela était son habitude depuis tant d'années. Il s'avança ensuite vers la table couverte du drap frappé des symboles de l'ordre. Cérémonieusement, il attendit un instant que le silence se refasse et que tous portent son regard sur lui. Non qu'il aimait être au centre de l'attention mais plutôt qu'il tenait à ce que cette cérémonie reste gravée dans les mémoires. Pour toutes les raisons qu'il avait déjà détaillées et aussi pour le nouveau chevalier. Celui qui, désormais, serait au milieu de ses sœurs et frères comme un modèle – quand bien même il n'aimerait cela – et un soutien de chaque instant.

Il releva alors le tissu et exhiba à la vue de tous un de ces fameux colliers d'or et de gueules à la licorne d'argent, tel que celui qu'il portait ce jour, tel que celui que de si fameux noms avaient porté avant eux. À pas mesurés, il revint vers le Languedocien, toujours agenouillé, pour le lui déposer sur les épaules.


- Aux yeux de tous, désormais, tu seras chevalier de l'Ordre royal de la Licorne. Que ce collier ne te quitte jamais. À Ryes, à Paris ou ailleurs. Qu'il dise ce que tu es, ce en quoi tu crois, ce pour quoi tu livreras ta vie.

Guillaume retourna alors, un peu plus rapidement, vers la table. Il en souleva une épée étincelante dont le pommeau s'achevait en une licorne cabrée ainsi qu'une longue bannière d'azur où se dressait leur totémique chimère.

« Relève-toi, chevalier Fool, et saisis-toi de l'épée et de la bannière avec lesquelles tu défendras le droit, la justice et le Royaume de France. »

Claquant ensuite de la langue, il fit venir de derrière l'estrade deux forts gaillards qui poussaient un mannequin, monté sur un affût à roulette et tout entier revêtu d'un harnois tout aussi étincelant que l'épée. À la place du cœur était fixé un écu parfaitement blanc.

« Avec cette armure, sur laquelle se dessinera ton écu lorsque tu l'auras dessiné et fait valider par la hérauderie royale », à ses mots il adressa un sourire à Montjoye et Sépulcre, « tu combattras l'ennemi du royaume, de l'extérieur ou du dedans, caché ou découvert, proche ou lointain. Comme la chevalerie défend la France, l'armure défend le chevalier. »

[...]

Après l'intervention de Sépulcre et que Fool se soit assis sur son nouveau siège, Guillaume reprit la parole. C'est qu'on n'en avait pas fini. Le tout serait d'accélérer un peu la cadence, ne trouvez-vous pas?

« La chevalerie est multiple. Qui combat l'épée à la main, à la vue de tous. Qui lutte en secret, de ses conseils, de ses réseaux, de ses informations, de son soutien. L'un vaut l'autre. Car l'un n'est rien sans l'autre. Le discret vaut le volubile, le visible vaut l'imperceptible, le roturier vaut le noble. En cela, le frère qui nous rejoindra bientôt est un modèle. Très discret, souvent trop, ce qu'il ne pourra que changer au vu de ce qui l'attend, il a pourtant fait à de nombreuses reprises la preuve de son engagement. S'il fut absent, comme d'autres, il a en lui les capacités nécessaires pour prendre une place à sa mesure. Il devra en cela aller au-delà de lui-même, non seulement pour lui mais pour sa famille, pour ses frères, pour ses sœurs, pour l'Ordre, pour la France.

Abandonne ta réserve et ta discrétion, cavalier Shiska, car c'est à toi que je m'adresse. Rejoins-nous maintenant. Deviens un autre, pour les autres. »

_________________

MarieAlice a écrit:
Ensuite, pas mieux que Guillaume

Cerridween, un jour qu'elle regrettera probablement longtemps, a écrit:
t'as raison


Dernière édition par Guillaume_de_Jeneffe le Lun 4 Mai 2015 - 0:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
shiska

avatar

Nombre de messages : 1011
Date d'inscription : 24/03/2010

Feuille de personnage
Nom: Shiska Rouben
Rang de noblesse: seigneur de Bellechassagne et de Vignols
Rôle/grade: Escuyer de la licorne

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Dim 3 Mai 2015 - 10:02

Yeux fermés et bras croisés sur sa chaise, Shiska écoutait attentivement le déroulement de la cérémonie, pensif. La présence de ces étrangers à l'ordre avait été l'une des inconnues de ce début de cérémonie. Que venaient ils faire ici? Quel était leur but dans cette histoire? Une première réponse avait été donné à l'issu de l'appel de Fool. En partie seulement.

Comme tous ceux qui avaient été appelés devant les yeux de tous pour rejoindre le banc des chevaliers Fool avait pleinement mérité sa place. Ils avaient tous fait leur office bien plus que nul autre. Et contrairement à d'autres qui s'étaient lassés et avaient quitté l'ordre pour une autre vie ceux-ci avaient souvent dépéri de leur charges. Les places vides sur le banc avait sans doute fait leur office également. Mais cette fois ci se devait être un autre que la licorne qui allait officialiser le nouveau statu du frère d'arme licorneux. Enfin en apparence seulement car se fut bien Guillaume qui enfila le collier d'or sur les épaules du néo chevalier.

De son côté le Loup restait pensif et préoccupé. L'air ambiant restait toujours aussi chargé pour son odorat sensible et la suite du discours n'allait pas atténuer son angoisse. Dans un discours sur la diversité de l'ordre le chevalier avait fini par lâcher son nom, ce à quoi il ne s'attendait pas et qui lui fit ouvrir un regard sévère en direction des sièges centraux. L'adresse était directe et sans équivoque.

Aussi grogna-t-il dans sa barbe avant de se lever de son siège et de prendre la direction de la scène. Pour les autres hein... Il leva son regard sur celui de Guillaume.


Tu m'as appelé et je suis là mon frère... que me veut l'ordre?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Rhuyzar

avatar

Nombre de messages : 2874
Grade : Chevalier Errant
Date d'inscription : 17/09/2006

Feuille de personnage
Nom: Rhuyzar
Rang de noblesse: Aucun
Rôle/grade: Chevalier Errant

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Dim 3 Mai 2015 - 19:22

Il y avait comme un air de redondance en ce jour d'Avril, en Normandie. Une impression qu'un page d'histoire allait comme se répéter. Evidemment les variations et les nuances seraient de mise, on n'écrit jamais deux fois la même partition, et pourtant. Est-ce l'esprit de la meute qui imprégnait soudain l'atmosphère tranquille de ce petit village protégé par l'imposante citadelle des Chevaliers de la Licorne ? Est-ce ce vent porteur de nouvelles, parfois de joies, souvent de maux qui s'infiltrait partout et ne laissait aucun répit au corps tant qu'à l'âme ? Ou bien est-ce cette monture d'un noir de jais qui avance lentement sur le chemin qui conduit à la bourgade ? Nous ne sommes là que pour raconter et donner vie à l'histoire qui jamais ne s'arrête vraiment.

C'était un signe évident du destin. Les bannières et les oriflammes qui flottaient annonçaient un évènement important, le genre d'évènement que la Salle du Chapitre de la Forteresse accueillait volontiers d'ordinaire. Ce n'était pas non plus la première fois que l'Ordre s'extirpait de son cocon de roche pour étaler son charisme et la puissance de son cérémoniel au peuple qu'il protégeait. L'exercice avait déjà été tenté par le passé. Car si l'élitisme et l'enfermement contribuait à la légende de la Licorne, ces éléments avaient aussi grandement contribué à son déclin. Et la silhouette juchée sur la monture était plutôt bien placée pour le savoir.

Elle s'approchait du village, le visage en partie masqué par la capuche de son mantel noir de cuir épais. Au dos du vêtement brillait une Licorne cabrée d'argent qui n'était pas sans rappeler l'animal symbole des Chevaliers locaux. Ses bras qui s'échappaient de la cape pour tenir les rênes de la monture se terminaient par deux gantelets épais d'acier à la facture visiblement robuste et travaillée. Sur le côté ne pendait pas une épée mais un fauchon, arme de gueux qui tranchait avec le soin évident apporté à la qualité du reste.

Et comme c'était visiblement un homme, il fit stopper l'animal à l'entrée du village, en descendit et s'en alla l'attacher près d'une auberge quelconque. Tous devaient être en train d'admirer les Chevaliers qui faisaient la fierté de la région et personne ne s'occuperait d'un voyageur tant que durerait la cérémonie. L'évènement était bien trop rare pour qu'on accepte de passer à côté.

Flattant l'encolure de sa bête, il prit un instant pour regarder alentours, la campagne et ce village qu'il connaissait bien. Au loin se dressait la Forteresse dont il connaissait chaque recoin, chaque passage, chaque faille. Imposante et massive, elle inspirait le respect à la Couronne, la confiance au Peuple et la terreur à ses Ennemis. Car elle allait de pair avec tous ces grands hommes qui l'avaient habitée et l'habitaient surement encore.

Avant de partir il lui avait fait parvenir un pli lui indiquant où il se rendait, dans quel but et comment le rejoindre. Peut-être viendrait-elle ? Dans le doute il réserverait deux chambres au Vieux François, si tant était que l'auberge existait encore.

Ces considérations passées, il prit la direction de la plus grande place d'où venait ce bruit, synonyme d'une certaine concentration d'individus. Le tout serait certainement très sobre, comme d'habitude, mais l'homme ne put s'empêcher de frémir au souvenir de ces instants qu'il avait lui aussi vécus, parfois comme officiant. Les serments étaient des étapes primordiales dans l'existence d'une Licorne et la solennité du cérémoniel ne faisait qu'accentuer la tension et l'émotion que pouvaient ressentir les écuyers, les errants, les cavaliers ou les chevaliers. Il gardait aussi en mémoire le souvenir d'une cérémonie particulière où le passé était venu s'entrechoquer avec le présent dans un vacarme assourdissant de tristesse et de soulagement. Il revoyait encore le Vieux Loup passer les grandes portes de la Salle du Chapitre et terrasser l'ombre du Spectre de la Mort dont on pensait qu'il avait fini par avoir raison de lui. Les années avaient passé depuis et le Vieux Loup n'était plus. De même que le Destructeur, le Taureau Furieux, la Pivoine et tant d'autres qui avaient écrit la légende du plus grand Ordre de Chevalerie du Royaume de France. D'autres plus jeunes, plus frais, leur avaient succédé au service de cette cause qui rongeait les âmes et les coeurs et détruisait les vies. Seul son Grand Maistre semblait échapper à ces effets et maintenait le lien avec un passé qui constituait, par sa grandeur, une arme redoutable. Voila ce qu'il était, lui aussi, un survivant. Ou plutôt, un revenant.

Et c'est avec la discrétion d'un fantôme qu'il se faufila dans les ruelles, entre les bâtiments, échappant à la vigilance des gardes en faction dont Bralic aurait surement dit qu'ils étaient juste bons à surveiller des huitres mortes et que lui-même aurait punis de corvée de récurage de douves en son temps. Il fut bientôt sur la place, avisant l'estrade qui accueillait traditionnellement les membres du Haut Conseil. Seul l'aspect public donnait à l'instant un caractère particulier. On retrouvait autrement l'habituelle sobriété nécessaire au bon déroulement des choses. Guillaume avait appelé un homme. Il le regarda et sourit sous son capuchon, lui revenant en mémoire ses propres instants où, seul face à Erwyn, face à Thierry, il avait prononcé ces mots lourds de sens et de valeur.

Il ne briserait pas le cérémoniel. Il laisserait à son Frère le soin d'en décider. D'un geste il rabattit le tissu qui lui couvrait le visage, découvrant sa figure émaciée et endurcie par les ravages de sa vie et de sa presque mort, encadrée par sa longue chevelure blanche qu'il n'attachait plus depuis bien longtemps. Ses yeux brillaient d'un feu retrouvé et pourtant la pâleur s'y mêlait, comme si désormais ces deux aspects de lui-même s'étaient intimement liés pour composer son être profond. La colère avait quitté ses traits pour laisser place à une forme de force froide et dure. Il avait finalement intégré la fatalité de la vie et l'avait surmontée malgré tout ce faisant. Oui, il avait changé, tout en restant le même.

Ecartant d'autorité les gens devant lui, il s'avança et vint se placer un pas devant le premier rang de la foule, fixant Guillaume et le Haut Conseil, un léger rictus au coin des lèvres. Le genre de rictus qui signifiait:

Je suis rentré mon Frère.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Karyaan

avatar

Nombre de messages : 1434
Grade : Cavalier
Date d'inscription : 18/05/2011

Feuille de personnage
Nom: Karyaan Lómàlas
Rang de noblesse: Comtesse de Beaumont-sur-Sarthe
Rôle/grade: Cavalier

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Lun 4 Mai 2015 - 1:02

Assise à sa place, écoutant la cérémonie, cogitant toujours, se demandant pourquoi ce noir, pourquoi ce n'était pas elle qui officiait.
La Cavalière, de marbre, assistait à ce qui était joué. N'appréciant pas forcément qu'un autre adoube, qu'un autre fasse, qu'un autre... s'impose...
Mais comme tous les autres, elle reste silencieuse, car son opinion, bien peu en ont cure et ils ont bien raison.

La Sorcière écoute, sans trop d'attention. Cela fait déjà bien des mois qu'irrémédiablement, elle se délie, s'isole. S'enfermant dans le silence. Se parant d'un masque pour faire comme ci.
Seule la Pivoine la maintient. Funambule de celle dont elle suit le chemin, à qui elle a offert sa vie, et bien d'avantage. La veillant à Léard, s'assurant que sa retraite reste paisible, loin de tout, loin des tumultes et des dérives d'un monde qui sombre dans les méandres de la médiocrité.
L'Ombre, reste là, attendant que ça passe pour retourner à ses silences.
Tout est comme d'habitude, hormis le lieu particulier, hormis les oriflammes endeuillés.
Tout est comme d'habitude jusqu'à ce que l'atmosphère change. Jusqu'à ce que l'énergie de l'ensemble se chamboule. Comme un galet que l'on jette dans un plan d'eau calme.

Les remous, les ondes se propagent. Et la Sombre reporte son attention vers les gens amassés, ses sourcils se froncent sur ses yeux anthracites qui attendent ce qui apparaît sans trop de surprise.
Un être qu'elle ne connait pas et qui ose fendre la foule, qui ose forcer, qui ose s'imposer et dont le regard, plein d'assurance, s'ancre sur le Haut Conseil.

Réflex naturel d'une Licorne drillée à la sécurité des siens, la Sombre se lève lentement alors que sa senestre empoigne, tout aussi lentement, la fusée de son fauchon. Ne dégainant pas, elle attend un mot, un regard, un geste de celui qui préside.
La brume rivée sur l'inconnu, le détaillant de pieds en cape, et analysant chaque combinaison possible, anticipant au maximum.
Sur le qui vive, attentive à tout ce qui pourrait lui être perceptible.

_________________

"La parole est l'arme du faible, l'épée l'arme du sot, j'ai choisi d'être faible et de m'entourer de sots."
"Peu me chaut votre gloire, je veille déjà une légende."
Je vous le dis. Putain, vous m'aurez plus !
Revenir en haut Aller en bas
MalwynNC

avatar

Nombre de messages : 289
Grade : Errant
Date d'inscription : 04/05/2013

Feuille de personnage
Nom: Malwyn
Rang de noblesse: Seigneur de Chançay
Rôle/grade: Errant

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Lun 4 Mai 2015 - 9:09

La cérémonie suivait son cours et j'écoutais le serment de Fool puis ce fut le tour de Shiska. Des plaintes se firent entendre derrière moi. Un homme traversait la foule d'un pas vif et sur. Je ne fus pas le seul à poser ma main sur mon épée, Karyaan, elle aussi l'avait fait. Tout mes sens étaient en alerte, il était hors de question que la cérémonie tourne en bain de sang ou en guerre des clans. Attentif aux moindres gestes de l'homme, j'attendais prêt à intervenir. Je jetais un regard à Karyaan, puis un autre sur les autres.

Le haut conseil ne semblait pas s'en inquiéter, ils devaient donc savoir qui était cet homme. Celui-ci retira son capuchon, dévoilant ainsi son visage qui était jusqu'alors caché. Je n'avais jamais vu cet homme auparavant, mais je n'étais pas à la licorne depuis des milliers d'années non plus, et peut-être faisait il parti de ses licorneux que je n'avais pas encore le plaisir de connaitre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gauvin.

avatar

Nombre de messages : 434
Grade : Errant
Date d'inscription : 25/07/2013

Feuille de personnage
Nom: Gauvin
Rang de noblesse: Seigneur de Thorigny sur Indre
Rôle/grade: Errant

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Lun 4 Mai 2015 - 17:40

Gauvin c'était assis sur le banc des écuyers au coté de ses frères du même rang, quand le Chevalier de Jeneffe avait ouvert la cérémonie part son discoure. Fool venait d'être adoubé et Shiska était maintenant appelé. Mais l'attention du jeune écuyer fut attiré par l'étrange manège de Karyaan, puis il regarda Malwyn qui semblait s'agité lui aussi. Gauvin regarda dans la même direction que la Cavalière, et il remarqua se que sa sœur et son frère avait surement remarqué avant lui. Les voyants tous deux la main sur la poignée de leurs épée, Gauvin compris que l'homme plus ou moins suspect n'était pas forcément ami et au vu de la récente attaque que la forteresse avait subit la réaction des Licorne était bien normale face à un inconnue. Gauvin se leva donc et se plaça dans l'allé qui passait entre les bancs et qui menais à l'estrade ou se trouvais le Haut Conseil de l'Ordre. Le jeune écuyer plaça sa jambe gauche légèrement en retrait, la main sur la poignée de son épée bâtarde, près à dégainé au moindre signale du Haut Conseil, ou signe visible d'une agression.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Liloia_de_baish

avatar

Nombre de messages : 10
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 13/10/2013

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Lun 4 Mai 2015 - 19:38

Spoiler:
 

[...]

J’observais de tous mes yeux cette cérémonie si différentes de celle de Sépulcre, m’attendant à voir arriver le cheval donné chez nous à chaque nouveau chevalier, qui n’arriva pas et pour cause.Chaque ordre avait sa spécificité, le nôtre était d’être un ordre équestre, ce qui n’était pas le cas ici. Une épée, 'une longue bannière, et une armure furent remis après que le collier de chevalier fut posé sur les épaules du Chevalier Fool. Point non plus de collée, ces trois coups du plat de la main sur la nuque en invoquant le Très Haut... Mais la gifle avait été donnée par Monsieur le Grand, ce qui me fit sourire, me rappelant mon étonnement devant cette coutume quand ce fut mon tour d’être faite chevalier.
Mais si j’avais observé de tous mes yeux, j’avais aussi écouté attentivement les paroles, me rappelant que mon rôle de héraut était en premier lieu d’être témoin des serments donnés.
A mon regard interrogatif, Montjoye me répondit d’un signe de tête me signifiant qu’il était temps, que c’était à présent mon tour d’officier pour la toute première fois. Le temps d’un léger sourire au rappel de l’écu à valider, puis je me levais de ma chaise et m’avançais vers le chevalier Fool, l’air solennel.

Pour la première fois mes mes caducées s’abattirent sur le sol de l’estrade.


J'entends bien les serments dont je suis ce jour témoin, et qui donnent naissance à un nouveau Chevalier.
Chevalier Fool, vous rejoignez aujourd'hui notre communauté. Soyez vaillant, loyal et généreux, comme vous l’avez toujours été.
C'est avec plaisir que je vous donne maintenant le contreseing qui officialise votre nouveau statut, avec mes plus sincères félicitations!


Citation :

- CONTRESEING d'ADOUBEMENT -


    A tous présents et à venir, Nous, Liloia de Jacetania de Baish, dicte Sépulcre, témoignons :


      - Que nous avons bel et bien recu demande et patente d'adoubement de la part du Haut Conseil de l’Ordre Royal de la Licorne, à l'égard de Fool Deboishardy [IG:Fool.deboishardy], telle que ci-jointe,
      - Qu'en ce jour, nous avons assisté à l'adoubement et l'échange de serment entre le Grand Ecuyer de France Julien Giffard et l'impétrant Fool Deboishardy,
      - Que nul veto ne fut formulé au préalable par le Grand Ecuyer de France comme en témoigne le document joint,
      - Que cet échange de serments et acte d'adoubement se sont déroulés dans le respect des lois héraldiques en la matière et des coutumes établies au sein de l'Ordre,
      - Que les armes du Chevalier Fool Deboishardy seront prochainement peintes et qu'il a reçu l'écu d'argent lors de son adoubement.




    Fool Deboishardy est désormais connu sous le nom du Chevalier Fool Deboishardy, Chevalier de l’Ordre royal de la Licorne.

    Et pour que nul ne puisse infirmer cet octroi, apposons notre scel.



    Fait en Normandie en la commanderie de l'Ordre sise à Ryes, ce 18e Jour du mois d'avril 1463


Citation :
Le Haut Conseil de l’Ordre Royal de la Licorne,
à Julien Giffard, Grand Écuyer de France
à Agnès de Saint Just, dicte Montjoye, Roy d'Armes de France

Salut et connaissance de vérité.

Que connute chose soit à vous que nous désirons faire de Fool.deboishardy, d'Ellesya et de Shiska, des chevaliers de l’Ordre royal de la Licorne. Ils ont en effet, depuis qu’ils sont devenus membre de notre Ordre, fait la preuve quotidienne de leur implication en son sein et de leur engagement au service de la France.

Chaque membre s'investit en fonction de ses compétences, de ses envies.
Fool l'a fait plus particulièrement en se chargeant de la défense de notre forteresse, en accueillant puis encadrant et formant les nouvelles recrues de notre Ordre. C'est lui qui accompagne leur premier pas parmi nous et il a su gérer efficacement ces jeunes hommes d'armes encore ignorants.
[...]

Enfin, il va sans dire que ces trois membres respectés de notre Ordre ont été de toutes les missions, quelles qu'elles soient et dans tout le royaume, seuls, parfois accompagnés, au gré des ordres et des demandes.

Ainsi donc, nous les jugeons digne des préceptes de la Chevalerie que nous incarnons, et souhaitons les récompenser comme il le mérite, en les adoubant Chevaliers de la Licorne.

Fait en Ryes, le 20ème jour de décembre de l'an de grâce 1462
par la main de Julios, Capitaine prévôt de l'Ordre,
transmettant la voix du Haut Conseil de la Licorne



Citation :


Nous, Julien Giffard, Grand Ecuyer de France,

Avons bien pris connaissance de la demande d'adoubement concernant les frères Shiska et Fool.deboishardy ainsi que de soeur Ellesya.

Nous approuvons la volonté d'adoubement émise par le capitaine de l'ordre, le chevalier Julios mais tenons à signifier quelques petits points de détail.

Le sceau de l'ordre de la Licorne ne peut être usité que par le Grand Maitre de l'Ordre.
Nous ne reviendrons pas sur la promotion rapide de soeur Ellesya car vous avez vous même soulevé ce point. Cependant, nous aimerions voir mentionnés à l'avenir des faits autres qu'internes à la Commanderie tels que la date de l'engagement dans l'ordre, mobilisations effectuées, responsabilités exercées.

Faict et scellé à Vincennes le 11 avril 1463





Une fois le document donné, je retournais sur ma chaise sachant ma mission non encore terminée et entendant le Chevalier Guillaume appeler à son tour le cavalier Shiska.

_________________


Marche doucement car tu marches sur mes rêves...


Dernière édition par Liloia_de_baish le Mar 9 Juin 2015 - 13:04, édité 2 fois (Raison : Edit pour rectification de date sur la patente)
Revenir en haut Aller en bas
Fool.deboishardy

avatar

Nombre de messages : 1291
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 08/07/2009

Feuille de personnage
Nom: Fool Deboishardy
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Chevalier

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Lun 4 Mai 2015 - 23:21

Armé et équipé comme chevalier, Fool se saisit du document que lui tendait Sépulcre. Il la gratifia d'un sourire.
Il se retint de dérouler le document pour en lire chaque mot. Aux félicitations du héraut, il la gratifia d'un simple:

Merci...

Ne sachant pas très bien quoi ajouter d'autre.


Un dernier regard, sans regret, vers le banc des cavaliers et il se dirigea vers le siège réservé au chevalier. Une nouvelle partie du chemin s'ouvrait devant lui.


Déjà Guillaume De Jeneffe appelait un de ses frères Cavalier Shiska. Ce fut alors qu'un personnage fendit sans agressivité la foule de badauts. Quand ce dernier releva le capuchon qui lui couvrait la tête, le nouveau chevalier fut saisit d'une étrange impression. Etait-ce à force de trop trainer dans les archives historiques de l'Ordre?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://domaine-deboishardy.forumsactifs.com
Ellesya

avatar

Nombre de messages : 2213
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 12/05/2012

Feuille de personnage
Nom: Ellesya de la Louveterie Arduilet
Rang de noblesse: On s'en balance. Ca revient à larbin dans tous les cas.
Rôle/grade:

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Mar 5 Mai 2015 - 11:17

Durant un temps, Sya oublia ce qui l’entourait pour s’imprégner des paroles qui étaient adressés à ceux qui accédaient à la chevalerie depuis son intronisation, comme pour Antlia, comme pour Alfgard et à l’instant pour Fool. Chaque discours était différent, reflétait une nouvelle facette de ce qui faisait l’Ordène. L’espace d’un moment, ses privations, ses deuils et ses nuits de prières pour se laver de ses péchés s’estompèrent pour marquer dans sa mémoire le serment de Fool, mêlé avec d’autres souvenirs comme en salle des hérauts ou encore dans la carrière d’entraînement. Une idée germa d’ailleurs et étira un discret sourire sur ses lèvres.

Néanmoins, elle revint sur terre lorsque que le Grand Ecuyer de France prit la parole. Sans réfléchir, la jeune femme leva vers Julios un regard où pouvait se lire l’indignation, avant de rebaisser le nez pour écouter la suite et surtout se reprendre et chasser ce que quelques mots avaient ramené à la surface, au sujet de ces dernières saisons. Il fallait croire que le modèle de tempérance qu’elle fut autrefois s’en était allé avec son pucelage. Plus le temps passait et moins aisément elle contrôlait son humeur. C’en était à désespérer. Le contraire n’était-il pas la norme ?

La suite du rituel ne parvint pas à la replonger de suite en d’aimables pensées, mais elle pria,
in petto, pour Fool, son engagement et la Licorne. Le héraut d’armes fit son office. Et Guillaume reprit.
Shiska fut appelé et Sya releva le nez en le regardant s’avancer au-devant de Guillaume. Personnalité atypique qu’elle aimait bien. Elle regretta néanmoins encore plus l’absence de leur GM. Il n’était pas de coutume à la Licorne de convier des proches, comme dans d’autres lieux, pour assister à ce genre de cérémonie. Mais quand le conjoint est censé y être et officier…
L’espace d’un instant, elle tenta d’énumérer qui elle aurait voulu voir présent le jour où cela lui arriverait peut-être. Tous les noms qui lui vinrent à l’esprit de prime abord étaient les frères déjà présents, son capitaine et son parrain inclus évidemment. Mais de l’extérieur ? Le vide s’était fait et elle avait pu juger à la Basilique St Titus qui de ses proches lui rendaient l’intérêt qu’elle leur portait. Alors finalement, hormis peut-être un nom, voire deux. La liste aurait été licorneuse.

Il y en avait un, toutefois, qu’elle ne comptait pas voir. Celui dont elle portait l’un des fauchons en acier de Tolède, équilibrant son baudrier avec « Promesse ». Celui dont elle avait porté le deuil deux fois.
D’où il se tenait désormais, devant la première rangée, avec son mantel noir et ses cheveux blancs, ce qu’elle discernait de son profil, bien qu’elle se refusa à admettre son identité, elle savait. Elle savait et se sentait bouillir après qu’une sueur glacée lui eut dévalé l’échine. Et quoi, avait-il aussi amené son géniteur, son parrain de baptême ? Et pourquoi pas ne pas déterrer aussi ses enfants qu’elle avait inhumé peu avant, éteignant ainsi sa lignée, ne lui laissant qu’une bâtarde. Une à une, quelques silhouettes s’étaient levées, prêtes à dégainer, même si, aussi présomptueuse que lui parut cette arrivée en plein cérémonial, l’attitude ne semblait pas présenter de danger a priori.
Ses mains gantées s’arrimèrent au banc pour ne pas bondir pour achever une bonne fois pour toute le revenant, ivre de rage et de révolte contre tant de choses. Ses jointures devaient blanchir sous le cuir de ses gants. Une veine palpitait, donnant vie à l’aigle tatoué dans le creux de son poignet. Alors le regard d’acier quitta l’étude de la pointe de ses bottes pour chercher la réaction de Guillaume et Julios, et, par respect pour la Licorne, y puiser une consigne muette, plutôt que de bondir et lâcher enfin tout ce qui s’était accumulé en elle sur le revenant qui courait ainsi le risque de servir d’exutoire à sa … nièce.

_________________

*Adoratrice du vénérable maître du Groumpftibousouc*
Sya : "J'ai encore dit une bêtise ?" - Julios : "Pas plus que d'habitude"


Dernière édition par Ellesya le Mar 5 Mai 2015 - 16:46, édité 1 fois (Raison : coquilles)
Revenir en haut Aller en bas
http://amboise-vouvray.actifforum.com/
Athenayis



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 05/05/2015

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Mar 5 Mai 2015 - 14:51

1 ère leçon : La plus redoutable des armes est celle de la patience. La preuve. Le temps l'utilise toujours pour arriver à ses fins.


Et de la patience il lui en faudra en ce jour où oui, elle s'était ramenée cahin caha sans forcément le vouloir. Elle avait promis, elle est venue. Un soupire s'échappa de sa poitrine lorsque enfin elle entra sur cette place qu'elle ne connaissait pas. Le visage était fermé et blasé par tant de choses futiles voire inutiles au possible pour assouvir l'orgueil de l'adouber si ce n'est de l'adoubant. L'apriori était grand pour la brune Athénayis, femme d'une vingtaine d'années, au regard noir d'ébène, aux cheveux imitant et au nez aquilin. Blasée, elle l'était d'autant qu'elle avait dû parcourir encore des lieux pour se mouvoir jusque là. Elle en avait soufflé de l'air tout en brassant pas mal durant le chemin.

Elle fixa son accompagnant qu'elle n'accompagnera pas. Faut pas déconner. Elle préféra rester plutôt loin de là où se tenait la Cène de l'adoubement ce qui lui donnera une parfaite excuse pour dire " je n'ai pas entendu" alors que la vérité est " Je n'ai pas écouté ".

Enervée sans aucune raison, blasée de nature, impatiente, la jambe s'agitait déjà. Un coup chaud, un coup froid. Madame avait ses menstrues et ça la gonflait. 
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 4868
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 16/07/2005

Feuille de personnage
Nom: Guillaume_de_Jeneffe
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Grand Maistre

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Mar 5 Mai 2015 - 22:52

L'humeur de Guillaume, qu'il s'efforçait de maintenir égale malgré les allers-retours entre le plaisir et le soulagement d'adouber des frères d'un côté et la peine de voir où l'Ordre était tombé de l'autre, n'aurait pas pu être plus perturbée que par la venue de l'homme qui, sur les talons du Cavalier Rouben, se présenta devant lui. Il ne s'était, de son côté, jamais refusé de se faire remarquer lors de ses différents retours, que ce soit à Ryes ou ailleurs. Aussi ne le reprochait-il pas au revenant qu'il avait cru mort, pensant même trouver le lieu de son dernier sommeil. Peut-être aurait-il dû penser que le Corbeau ne se serait jamais retiré sur des terres aristotéliciennes, mais les indices lui avaient semblé concordants, à l'époque.

Dans le dialogue silencieux que son successeur à la Licorne d'or avait initié, le chevalier flamand ne se laissa pas démonter, malgré la surprise. Il n'oubliait pas que Shiska était là, et que c'était surtout pour lui qu'il se trouvait debout, face aux regards de tous. Les mouvements qui étaient nés dans les rangs ne lui avaient pas non plus échappé. Aussi, d'un regard sec, les explications seraient pour plus tard, désigna-t-il au revenant le rang des chevaliers. Même s'il avait été déclaré mort, aux yeux de Guillaume, la personne qui se tenait droit devant elle était bien l'ancien Grand Maître de l'Ordre et vicomte de Delle. On verrait plus tard pour les aspects légaux de la chose, de toute façon. Les yeux de celui qui se trouvait à diriger la cérémonie passèrent ensuite sur la cavalier Karyaan et l'écuyer Gauvin, les enjoignant sans l'ombre d'un contredit de reprendre leur place et d'abandonner la garde de leur arme.


- Frère, ce jour, tu t'apprêtes à accéder à ce que d'aucuns jugent être le terme de la route. Mais tu le sais mieux que quiconque, ceux qui reçoivent l'adoubement n'accèdent pas au sommet de leur vie, il n'en entame que la partie la plus ardue, y sacrifiant tout, sans hésiter. C'est à ton tour de prendre pied dans ce nouveau monde. À ton tour d'user de ta fougue, de ton envie, de ta réflexion pour le plus grand profit de la Licorne et de la Chevalerie de France. À ton tour, aussi, de faire cet effort qui, sans doute, te conduira à la tombe plus vite que ceux qui, heureux de leurs fiefs, se contentent d'y manger belle chère et de courir les bois. Mais comme aux autres, je te laisse libre de ton choix. La route t'est libre, si tu refuses et veux nous quitter. Elle l'est en ce moment mais elle ne le sera plus ensuite. Pour la seule et dernière fois, tu as le droit de renoncer. À toi, seul, d'accepter l'adoubement et, alors, de répéter mes paroles. »


Comme quelques instants plus tôt, d'un rapide coup d'œil, il appela le Grand Ecuyer à ses côtés. Pour ensuite poursuivre : « Qu'il soit su de mes frères et de mes sœurs, aujourd'hui en ce lieu, et à jamais pour les siècles des siècles, que moi, Shiska Rouben, ayant été reconnu par mes pairs comme digne de porter haut les couleurs de notre ordre deviens par cet écu chevalier de plein droit de notre ordre.

Que les hommes, enclins au mal, et le démon qui parfois sommeille en eux prennent garde à mon bras, qui tel Michael, tel Lancelot, se fera le gardien des faibles et des opprimés, pour aujourd'hui et tant que Dieu me prêtera vie.

Que nul n'ignore que la Justice et la Bravoure guident ma route, et que je ne crains pas le mal.

De par ma bouche je déclare, que nul homme, paysan, soldat, noble ou roy ne pourra me soustraire à mon serment.
Qu'il soit su aux oreilles de tous qu'aujourd'hui en ce jour je reste un fils de la Licorne.
Qu'il soit su aux oreilles de tous aujourd'hui que je jure allégeance à sa majesté Angelyque, Reyne de France par la grâce de Dieu, à la vie et à la mort. Que si par ma vie ou ma mort, par ma langue, mon esprit ou ma lame, je puis le servir et le défendre, je n'aurai nulle hésitation, nulle contrainte, nul obstacle face à moi.
Qu'il soit su aux oreilles de tous aujourd'hui que je jure allégeance à l'ordre royal de Chevalerie de la Licorne, et par la même à la personne de Bess Saincte Merveille Rouben, son Grand Maître. Je jure de la protéger, l'assister, la secourir face à n'importe quel péril, face à n'importe quelle adversité.
Qu'il soit su aux oreilles de tous aujourd'hui que je jure fidélité au peuple de France, pour aujourd'hui et à jamais. Que de par mon bras je défendrai veuve, orphelin, innocent, simple d'esprit, opprimé, éclopé, ou simple paysan, comme n'importe quelle autre personne de ce royaume.
Que je combattrai de toutes mes forces le mal sous toutes ses formes. Que je combattrai tyrans, guerriers assoiffés de mort, mafioso avec la même efficacité, et le même sens du devoir.
Que je ferai respecter à jamais Honneur, Justice, Bravoure, Loyauté, Bonté d'âme, et mes valeurs.

Que la devise séculaire de l'ordre devienne mienne par ma bouche qui la prononce, et que

JUSTICE ET BRAVOURE

devienne le mot d'ordre de mon attachement au royaume. »

_________________

MarieAlice a écrit:
Ensuite, pas mieux que Guillaume

Cerridween, un jour qu'elle regrettera probablement longtemps, a écrit:
t'as raison
Revenir en haut Aller en bas
Rhuyzar

avatar

Nombre de messages : 2874
Grade : Chevalier Errant
Date d'inscription : 17/09/2006

Feuille de personnage
Nom: Rhuyzar
Rang de noblesse: Aucun
Rôle/grade: Chevalier Errant

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Mer 6 Mai 2015 - 5:40

Les réactions furent nombreuses, mais elles furent silencieuses. Certains membres de l'Ordre, d'abord, parmi les plus vigilants, se préparèrent au pire et attendirent, prêts à dégainer leurs armes, qu'on leur donne la consigne qui mettrait fin à la scène. Et Ellesya, sa nièce, ne fut pas en reste. Ne fut-ce pas pire encore que si elle avait crié ? Il se poserait la question plus tard. Viendrait le temps des explications et de la palabre, pour l'heure la Cérémonie devait continuer. Mais nul doute que ce temps durerait, et qu'il serait riche. En mots autant qu'en cris.

Il profita de ces instants de flottement pour jeter un oeil à l'assemblée. S'attardant plus volontiers sur les Enfants de la Licorne que sur la populace venue en nombre assister à l'évènement. Les visages se succédaient et aucun ne lui rappelait beaucoup de souvenirs. Le temps, ravageur et sans pitié, avait fait son oeuvre. Il s'en doutait avant de venir, il en avait désormais la confirmation.

Un visage, cependant, dont il arriva à capter la présence, lui arracha un sourire. Elle était finalement venue. Bien que restant en retrait et ne dégageant guère plus d'émotions qu'à l'accoutumée. Elle était là et c'était finalement le plus important. Il la regarda un instant. Lui adressa un léger hochement de tête. Un salut ? Un merci ? Quelle importance après tout ? Puis son regard se porta de nouveau sur l'estrade et sur l'officiant qui, à son tour semblait avoir saisi la gravité des faits.

La réaction de Guillaume fut sobre. Conforme au Chevalier qu'il avait toujours été. Mesuré dans la forme, implacable dans la pensée. Il lui désigna sa place et poursuivit son office, lui confirmant ainsi que la cérémonie se poursuivrait sans heurts et qu'elle ne s'interromprait pas pour quelque revenant que ce soit.

Il prit acte et longea la foule pour rejoindre, en silence, le rang des Chevaliers. Si sa mort déclarée lui en avait ôté le titre aux yeux des Hommes, il l'était toujours, pour lui-même. Ils seraient au moins deux à partager cette idée.

L'adoubement reprit son cours. Le Corbeau resterait, pour l'heure, parfaitement silencieux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
shiska

avatar

Nombre de messages : 1011
Date d'inscription : 24/03/2010

Feuille de personnage
Nom: Shiska Rouben
Rang de noblesse: seigneur de Bellechassagne et de Vignols
Rôle/grade: Escuyer de la licorne

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Dim 10 Mai 2015 - 9:45

Le Loup avait senti la présence qui s'avançait dans son dos. Il avait senti l'atmosphère dès son arrivée et cela ne l'avait pas mis dans les meilleures dispositions. Mais de là à ce qu'il voit revenir un fantôme... Ses sourcils froncés il détourna légèrement la tête en direction de l'apparition, les crocs machinalement sortis et le grognement au bord des lèvres. Si il y avait deux choses qui le mettait mal à l'aise par dessus tout ce serait l'eau et les fantômes. Pas de doute cependant sur l’identité de celui qui avait fait planer une ombre de méfiance dans les rangs du peu de licornes présentes sur place. En terme technique on appelait ça une gravure de manuel d'histoire. Ou un portrait accroché à un mur de demeure familiale ou à une aile de Ryes. En tous les cas pas le genre de chose qui se promène en pleine journée.

Guillaume mis fin à la tension générale en invitant l'apparition à se joindre à lui sur le banc des chevaliers. Shiska le suivi des yeux puis contempla les chaises vides avant que son visage ne se referme. Un long soupire passa ses lèvres alors qu'il écoutait les dires de Jeneffe. Les sentiments contradictoires se mêlaient en lui comme dans un chaudron mal préparé pour une soupe qui pourrait s'avérer indigeste.

Il avait longuement hésité avant de rejoindre l'ordre, préférant suivre ses braves dans l'ombre de sa louve. Puis convaincu par plus grand et plus méritants que lui il avait fini par donner sa vie à celle de l'ordre. Il savait ce que cela signifiait et bien qu'il se savait ne pas être au niveau de ceux qu'il considérait comme des grands mais aussi des amis il avait fait son chemin pour servir au mieux l'ordre. Il était un piètre cavalier, aussi la chevalerie n'avait jamais effleuré son idéale. La fonction en elle même représentait beaucoup pour lui, de par ceux qui la portaient alors et qu'il admirait au plus haut point. Il se savait capable de les atteindre, même si ce serait difficile.

Et puis le temps passa. Il s'était fait moins présent dans les murs de Ryes, plus préoccupé par sa meute que par la forteresse normande. Et pourtant c'est là maintenant que l'on l'appelle. Maintenant devant ces chaises vides. Ils ne sont pas là. ELLE n'est pas là... Un sentiment d'injustice et de profonde tristesse vrille le cœur du cavalier alors que le maitre de cérémonie termine son discours.

Il a envie de crier "non". Il a envie de dire "pas maintenant". Cette phrase qu'il n'a eu de cesse de penser à chaque fois qu'il était mis à l'honneur. Mais qu'il finissait par ravaler en croisant le regard fière et confiant de celle qui l'avait poussé a être plus que lui même. Il n'y a pas de regard à chercher cette fois.


On ne discute pas les décisions du haut conseil...

Plantant ses yeux dans ceux de l'officiant, il récita le serment qui avait mené sa vie depuis de nombreuses années maintenant, mécaniquement. Tandis que son cœur se désagrégeait sous le poids de sa propre solitude.

Qu'il soit su de mes frères et de mes sœurs, aujourd'hui en ce lieu ou non, et à jamais pour les siècles des siècles, que moi, Shiska Rouben, ayant été reconnu par mes pairs comme digne de porter haut les couleurs de notre ordre deviens par cet écu chevalier de plein droit de notre ordre.

Que les hommes, enclins au mal, et le démon qui parfois sommeille en eux prennent garde à mon bras, qui tel Michael, tel Lancelot, se fera le gardien des faibles et des opprimés, pour aujourd'hui et tant qu'Aristote me prêtera vie.

Que nul n'ignore que la Justice et la Bravoure guident ma route, et que je ne crains ni le bien, ni le mal.

De par ma bouche je déclare, que nul homme, paysan, soldat, noble ou roy ne pourra me soustraire à mon serment.
Qu'il soit su aux oreilles de tous qu'aujourd'hui en ce jour je reste un fils de la Licorne.
Qu'il soit su aux oreilles de tous aujourd'hui que je jure allégeance à sa majesté Angelyque, Reyne de France par la grâce de Dieu, à la vie et à la mort. Que si par ma vie ou ma mort, par ma langue, mon esprit ou ma lame, je puis la servir et la défendre, je n'aurai nulle hésitation, nulle contrainte, nul obstacle face à moi.
Qu'il soit su aux oreilles de tous aujourd'hui que je jure allégeance à l'ordre royal de Chevalerie de la Licorne avant tout.


Il marqua un temps d'arrêt, portant le poing fermé à son cœur comme un signe de profonde dévotion. Bien que ce masque soit en réalité là pour cacher le cœur qui le fait souffrir et qu'il enserre pour mieux le faire taire.

Et par la même à la personne de Bess Saincte Merveille Rouben, son Grand Maître. Je jure de la protéger, l'assister, la secourir face à n'importe quel péril, face à n'importe quelle adversité...

L'alliance à son doigt marquait sa peau au fer rouge tellement elle était serrée. Le sang ne circulait plus à son extrémité.

Qu'il soit su aux oreilles de tous aujourd'hui que je jure fidélité au peuple de France, pour aujourd'hui et à jamais. Que de par mon bras je défendrai veuve, orphelin, innocent, simple d'esprit, opprimé, éclopé, ou simple paysan, comme n'importe quelle autre personne de ce royaume.
Que je combattrai de toutes mes forces le mal sous toutes ses formes. Que je combattrai tyrans, guerriers assoiffés de mort, mafioso avec la même efficacité, et le même sens du devoir.
Que je ferai respecter à jamais Honneur, Justice, Bravoure, Loyauté, Bonté d'âme, et mes valeurs.

Que la devise séculaire de l'ordre devienne mienne par ma bouche qui la prononce, et que

JUSTICE ET BRAVOURE

devienne le mot d'ordre de mon attachement au royaume.


Il resta là, sans bouger, figé dans cette stature de marbre en attendant qu'on le délivre.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
albin.

avatar

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 12/03/2013

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Mar 12 Mai 2015 - 23:00

Un peu en retard Albin se joingna à ses frères d'armes pour suivre la cérémonie d'adoubement.
Fool c'est fait. Au tour de Shiska

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Arthur_pendragon

avatar

Nombre de messages : 139
Grade : Chevalier Errant
Date d'inscription : 18/10/2012

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Mer 13 Mai 2015 - 1:21

Arthur était partie du BA des qu'il reçu l'invitation. Il avait connu quelques soucis sur la route notamment de brigandage ceci expliquerait certainement son retard.
Il avait donc prit la directement de Rye, pour une nouvelle cérémonie. Arrivé devant la bâtisse, évidement, comme il s'en doutait la cérémonie avait déjà commencé, mais le jeune pendragon, était renommé pour sa discrétion.
Il se dirigea donc discrètement vers le banc des Errants, certains membres de l'ordre s'étaient déjà vu remettre le titre de Chevalier. 
Il salua au passage les quelques membres qui croisaient son chemin, puis s'installa toujours dans la plus grande discrétion.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Julien Giffard

avatar

Nombre de messages : 406
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 11/09/2011

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Sam 16 Mai 2015 - 22:09

Alors que la cérémonie se poursuivait, un homme d'un âge certain s'approcha. Julien l'avait déjà apperçu voilà bien longtemps dans les couloirs des Grands Offices de la Curia Regis mais cela remontait à l'époque où il devait être capitaine royal de Normandie ou Maréchal du DR, soit en 1457 ou 1458. L'un de ses prédécesseurs à la charge de GEF si ses souvenirs n'étaient pas totalement mauvais. Il chercha d'un regard vers Guillaume la confirmation de ce qu'il pensait. A priori, il ne devait pas être trop loin de la vérité vu l'échange entre le flamand et le revenant.


Reprenant un peu ses esprits, il reprit la cérémonie et l'adoubement rituel. Il s'approcha alors de Shiska avec son épée et officia comme précédemment.

Il commença par poser le plat de l'épée sur son épaule gauche.

Moi, Julien Giffard, Chevalier et Grand Ecuyer de France, par la grâce du Très-Haut et par les prérogatives qui sont les miennes,


Puis à l'épaule droite


Par Christos, Saint-Jean, Saint-Georges et Saint Michel,


Et maintenant l'épée sur le sommet de sa tête

T'élève, frère Shiska, à la dignité de Chevalier


Puis hôte son gant, et le gifle du plat de la main


La gifle que tu viens de recevoir est la dernière que tu accepteras sans répliquer. Désormais tu défends l'honneur de tous tes frères et sœurs Chevaliers, tous Ordres confondus.
Lève toi chevalier, et fais face au reste du monde!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Liloia_de_baish

avatar

Nombre de messages : 10
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 13/10/2013

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Sam 16 Mai 2015 - 22:44

La cérémonie poursuivait son cours, j'en connaissais maintenant le déroulement. cérémonie particulière toutefois où trois des quatre ordres royaux étaient représentés et officiaient à leur tour.
Pour l'heure j'attendais que le Chevalier Guillaume remette au nouveau chevalier Shiska , le collier , l'épée , la bannière et le harnois qui était à La Licorne , les attributs du chevalier.
Ensuite mon tour viendrait , on entendrait mes caducées et je témoignerais du serment passé. J'étendais légèrement mes jambes, me tenant droite sur ma chaise, attendant la suite de la cérémonie.

_________________


Marche doucement car tu marches sur mes rêves...
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe

avatar

Nombre de messages : 4868
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 16/07/2005

Feuille de personnage
Nom: Guillaume_de_Jeneffe
Rang de noblesse: Chevalier
Rôle/grade: Grand Maistre

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Jeu 21 Mai 2015 - 22:26

Le second adoubement fut réalisé par Julien, comme il avait été prévu. Guillaume acquiesça mentalement à plusieurs des actions de l'Hospitalier, un de ceux qu'il aurait sans doute aucun aimé compter parmi ses frères de la Licorne. Mais le destin en avait voulu autrement et depuis des années maintenant les deux hommes collaboraient et discutaient par-delà les différences de leurs colliers. Cela n'avait d'ailleurs empêché ni le respect ni l'amitié de naître entre eux, apparemment, même si leurs points de vue pouvaient sensiblement diverger, à l'occasion. Son attention revint finalement vers le nouveau chevalier car le Giffard lui rendait la place qu'il occupait depuis le début de la journée. Au centre des regards, le Flamand répéta donc ce qu'il venait de faire pour Fool.

En quelques pas, il fut devant la désormais fameuse table dont il souleva l'un des non moins fameux colliers. Celui-ci vont ensuite se déposer, non par l'opération du saint Esprit mais bien par celle du vieux chevalier, sur les épaules du Rouben.


- Chevalier Shiska, second, aujourd'hui, tu rejoins l'ordre de chevalerie, ce sommet de noblesse et de vertu, comme les poètes aiment à le qualifier. Il ne tient désormais plus qu'à toi à t'y inclure et à lui donner le sens et les valeurs que tu lui désires. Par tes paroles et tes actes, en tous lieux et heure, tu définiras, en mal et en bien, la chevalerie. Le fardeau te sera, je n'en doute guère, plus lourd que le métal de ce collier.

Ensuite, comme précédemment, il se saisit de l'épée et de la bannière licorneuse, qu'il remit à l'adoubé.

« Visible, tu resteras, au milieu de la mêlée comme sur les chemins de campagne, car ton combat, l'épée ou le verbe à la main, est de ceux qui se doivent voir, même si certaines de ses voies demeureront celées au plus grand nombre. »

Ce fut enfin à l'armure, elle aussi sur roulette – décidément on aime l'innovation à la Licorne –, qui rejoignit les deux hommes.

« Comme tes frères te prémuniront des mauvais coups, ton armure te protégera des estocs ennemis. Comme tes frères qui seront dignes de ta confiance, ton armure le sera de la tienne. Mais, pour tes frères comme pour ton amure, ils n'auront de pouvoir que si celui qu'ils défendent se montre digne d'eux ».

[...]

A nouveau, Guillaume avait laissé agir la témoin héraldique avant de poursuivre. On avait parlé plus tôt d'accélérer la cadence, ça n'avait vraiment pas été le cas. Sera-ce différent cette fois ? Pour cela, il faudrait déjà que le Flamand aie un marionnettiste moins porté sur la procrastination...

« La tierce personne à être appelée ici surprendra, sans doute aucun. Dans l'histoire de l'Ordre, plusieurs progressèrent sans suivre la voie initialement prévue pour eux par nos statuts. En cela, ils prouvent que les chemins de l'adoubement sont multiples et que tous ne se ressemblent pas. Mais cela importe moins que le dévouement à l'Ordre et à ses valeurs. Depuis des mois, des années, elle a prouvé vouloir aider la Licorne à survivre, et en des manières qui la rendaient digne du tortil et des éperons d'or. C'est grâce à elle, sans doute aucun, que le chevalier Julios a commencé le travail de réveil de l'Ordre auquel je n'ai fait que m'associer. Nombreux sont ceux ici qui la côtoient à longueur de jours et de mois, en taverne ou ailleurs, et je ne doute pas que son adoubement vous apparaîtra à tous comme légitime.

Ellesya, fille de chevaliers, devient leur digne héritière en recevant, toi aussi, l'adoubement. »

_________________

MarieAlice a écrit:
Ensuite, pas mieux que Guillaume

Cerridween, un jour qu'elle regrettera probablement longtemps, a écrit:
t'as raison
Revenir en haut Aller en bas
Ellesya

avatar

Nombre de messages : 2213
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 12/05/2012

Feuille de personnage
Nom: Ellesya de la Louveterie Arduilet
Rang de noblesse: On s'en balance. Ca revient à larbin dans tous les cas.
Rôle/grade:

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Ven 22 Mai 2015 - 12:44

Des quelques arrivées tardives, Sya salua discrètement Arthur qui venait de la rejoindre sur le banc des errants, avant de reporter toute son attention vers l’avant, en occultant la présence de son oncle pour l’heure. Julien officia, puis à nouveau Guillaume et enfin « Sepulcre ».
Des demandes de blasons transmises par « Saint Jean » en fin d’année précédente, elle savait qu’il y aurait un troisième nom. Aussi s’attendait-elle à voir son ancien héraut d’armes enchainer lorsque Shiska se fut retiré vers sa nouvelle place.
Sa nervosité s’était progressivement apaisée et ses mains avaient relâché le bois du banc où elle s’était ancrée à l’apparition de Rhuyzar. Les premiers mots furent accueillis avec sa curiosité habituelle, en bonne spectatrice. Le « elle » lui fit hausser un sourcil. La suite la laissa tétanisée de surprise, le feu aux joues. Elle se rendit compte aussi que par les quelques mots rendant justice à Julios, Guillaume avait désamorcé une partie de la colère qu’elle nourrissait.
Pour résumé son propos, en gros, c’était une fieffée têtue, une mêle-tout et un pilier de comptoir. Voilà un joli portrait qui eut l’heur de faire vaguement baisser la pression qui était repartie en flèche juste avant. Montagnes russes émotionnelles pour une jeune femme qui n’en pouvait plus de passer de l’un à l’autre depuis des mois. Pour sûr, après cette journée, elle dormirait longuement, vidée.

Lorsqu’il l’avait appelée nommément, levant l’ultime doute, elle quitta son banc. D’abord un peu gênée, puis plus assurée. Parce qu’au-delà de la stupéfaction de la confiance qu’ils lui accordaient ainsi en plus de la reconnaissance, la jeune femme avait fait des sacrifices qui lui avaient coûté cher. Sans la moindre once de regret malgré toutes les conséquences prévisibles ou non. Elle les avait fait non point pour les éperons quoiqu’on en pense, ni pour être digne de sa parentèle, qu’elle eut été de la Licorne, de France, du Temple, de St Ouen, des Teutons, d’Isenduil... Mais juste parce que c’était cette cause qui avait surpassé les autres, cette fraternité où elle avait trouvé enfin sa place. Guillaume et Julios avaient chacun joué des rôles majeurs. Fool et Shiska aussi, sans le savoir sûrement. Puis chacun lui avait permis d’évoluer, de quitter l’Errance. Rares étaient ceux à l’avoir fait douter.

Parvenue devant le duo d’officiants, son regard passa un instant au-delà vers leur capitaine avant de se planter dans celui de son parrain.


Me voici. Pour l'Ordre avant tout.

Elle avait erré longtemps après s’être détournée de la voie des Saintes Armées, avant d’en venir à la conclusion qu’elle devait offrir ses services à Ryes si ils voulaient bien d'elle. Contrairement à ce que beaucoup pensaient, elle ne s'y était pas présentée par tradition familiale. Cette démarche avait été faite malgré celle-ci. Pourtant, la petite walkyrie de Tyr savait que ce serait une étape pour se délivrer du poids des aïeux. Elle n’était pas eux mais, au fond, elle espérait bien qu’ils soient fiers d’elle de leur séjour solaire. Ou lunaire.
Sa dextre toucha inconsciemment l’endroit du pourpoint sous lequel reposait sa médaille cardinalice. Et elle posa un genou au sol. Il était rare de la voir faire cela autre part qu’à Ryes. Même devant les régnants temporels de Touraine, elle ne pliait pas le genou.


_________________

*Adoratrice du vénérable maître du Groumpftibousouc*
Sya : "J'ai encore dit une bêtise ?" - Julios : "Pas plus que d'habitude"
Revenir en haut Aller en bas
http://amboise-vouvray.actifforum.com/
Karyaan

avatar

Nombre de messages : 1434
Grade : Cavalier
Date d'inscription : 18/05/2011

Feuille de personnage
Nom: Karyaan Lómàlas
Rang de noblesse: Comtesse de Beaumont-sur-Sarthe
Rôle/grade: Cavalier

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Ven 22 Mai 2015 - 14:50

Regards qui s'échangent entre Guillaume et celui qu'elle ne connait pas.
Se détendant autant que se soit possible, l'Ombre se rassit.
La cérémonie reprit son cours. L'armure fut présentée.
Puis le troisième fut appelé.

Plus les mots s’enchaînaient, plus le poids de leur portée se faisait lourd. Sa gorge se noue, tout se glace, une sensation de vide et d'intense solitude.
Baissant la tête, fermant un bref instant les yeux, elle se recentre, se concentre pour ne pas exploser, pour ne pas hurler, pour ne pas pleurer.
Comment expliquer ? Comment comprendre ?
Ses poings se ferment sur ses cuisses, longue et profonde inspiration discrète.
Serrant les dents, elle relève le visage, paré d'un masque froid, impassible. Se faisant violence de ne pas se lever et partir. Elle reste assise, parce qu'il ne peut en être autrement.
Plus rien a d'importance, plus rien existe vraiment à présent.
Les poings serrés à s'en faire blanchir les phalanges.
Elle attend que la cérémonie se termine.

_________________

"La parole est l'arme du faible, l'épée l'arme du sot, j'ai choisi d'être faible et de m'entourer de sots."
"Peu me chaut votre gloire, je veille déjà une légende."
Je vous le dis. Putain, vous m'aurez plus !
Revenir en haut Aller en bas
Liloia_de_baish

avatar

Nombre de messages : 10
Grade : Chevalier
Date d'inscription : 13/10/2013

MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   Ven 22 Mai 2015 - 23:04

 [...]

Plus sereine lors de cette deuxième cérémonie qui ressemblait en tout point à la première, j’étais tout aussi attentive à ce deuxième serment .Il était dans les formes et, cette fois-ci encore, je pourrais témoigner des mots dits.
Je me levais à nouveau de ma chaise et mes caducées s’abattirent à nouveau sur le sol de l’estrade. Blam! Puis à nouveau, je dis les paroles consacrées.

J'entends bien les serments dont je suis ce jour témoin, et qui donnent naissance à un nouveau Chevalier.
Chevalier Shiska, vous rejoignez aujourd'hui notre communauté. Soyez vaillant, loyal et généreux, comme je ne doute pas que vous l’avez toujours été.
C'est avec plaisir que je vous donne maintenant le contreseing qui officialise votre nouveau statut, avec toutes mes plus sincères félicitations!


Je me retins de lancer le fameux Deus Lo Vult ! qui accompagnait la naissance d’un nouveau chevalier à Sépulcre.

Citation :

- CONTRESEING d'ADOUBEMENT -


    A tous présents et à venir, Nous, Liloia de Jacetania de Baish, dicte Sépulcre, témoignons :


      - Que nous avons bel et bien recu demande et patente d'adoubement de la part du Haut Conseil de l’Ordre Royal de la Licorne, à l'égard de Shiska Rouben [IG: Shiska], telle que ci-jointe,
      - Qu'en ce jour, nous avons assisté à l'adoubement et l'échange de serment entre le Grand Ecuyer de France Julien Giffard et l'impétrant Shiska Rouben ,
      - Que nul veto ne fut formulé au préalable par le Grand Ecuyer de France comme en témoigne le document joint,
      - Que cet échange de serments et acte d'adoubement se sont déroulés dans le respect des lois héraldiques en la matière et des coutumes établies au sein de l'Ordre,
      - Que les armes du Chevalier Shiska Rouben seront prochainement peintes et qu'il a reçu l'écu d'argent lors de son adoubement.




    Shiska Rouben est désormais connu sous le nom du Chevalier Shiska Rouben , Chevalier de l’Ordre royal de la Licorne.

    Et pour que nul ne puisse infirmer cet octroi, apposons notre scel.



    Fait en Normandie en la commanderie de l'Ordre sise à Ryes, ce 18e Jour du mois d'avril 1463,


Citation :
Le Haut Conseil de l’Ordre Royal de la Licorne,
à Julien Giffard, Grand Écuyer de France
à Agnès de Saint Just, dicte Montjoye, Roy d'Armes de France

Salut et connaissance de vérité.

Que connute chose soit à vous que nous désirons faire de Fool.deboishardy, d'Ellesya et de Shiska, des chevaliers de l’Ordre royal de la Licorne. Ils ont en effet, depuis qu’ils sont devenus membre de notre Ordre, fait la preuve quotidienne de leur implication en son sein et de leur engagement au service de la France.

Chaque membre s'investit en fonction de ses compétences, de ses envies.
Fool l'a fait plus particulièrement en se chargeant de la défense de notre forteresse, en accueillant puis encadrant et formant les nouvelles recrues de notre Ordre. C'est lui qui accompagne leur premier pas parmi nous et il a su gérer efficacement ces jeunes hommes d'armes encore ignorants.
Ellesya, quand à elle, s'est beaucoup investi dans le fonctionnement de l'Ordre, en particulier en faisant renaître notre hérauderie de ses cendres en l'absence de "Licorne". Mais elle a également apporté sa contribution à l'évolution de notre charte et, hors de l'Ordre, son implication en Touraine n'est plus à démontrer. [Précisons qu'elle n'est encore qu'Errante dans notre Ordre et que traditionnellement nous n'adoubons pas avant d'avoir atteint le grade de "Cavalier" mais cela s'est déjà vu par le passé et notre Charte est en pleine modification pour supprimer ce grade de "Cavalier".]
Shiska, lui, est parmi nous depuis maintenant des années et sa loyauté n'a jamais failli. Il fut longtemps l'assistant de notre maître d'armes et participait à la formation au combat de nos membres, discipline ô combien importante pour un Ordre Guerrier comme le notre.

Enfin, il va sans dire que ces trois membres respectés de notre Ordre ont été de toutes les missions, quelles qu'elles soient et dans tout le royaume, seuls, parfois accompagnés, au gré des ordres et des demandes.

Ainsi donc, nous les jugeons digne des préceptes de la Chevalerie que nous incarnons, et souhaitons les récompenser comme il le mérite, en les adoubant Chevaliers de la Licorne.

Fait en Ryes, le 20ème jour de décembre de l'an de grâce 1462
par la main de Julios, Capitaine prévôt de l'Ordre,
transmettant la voix du Haut Conseil de la Licorne



Citation :


Nous, Julien Giffard, Grand Ecuyer de France,

Avons bien pris connaissance de la demande d'adoubement concernant les frères Shiska et Fool.deboishardy ainsi que de soeur Ellesya.

Nous approuvons la volonté d'adoubement émise par le capitaine de l'ordre, le chevalier Julios mais tenons à signifier quelques petits points de détail.

Le sceau de l'ordre de la Licorne ne peut être usité que par le Grand Maitre de l'Ordre.
Nous ne reviendrons pas sur la promotion rapide de soeur Ellesya car vous avez vous même soulevé ce point. Cependant, nous aimerions voir mentionnés à l'avenir des faits autres qu'internes à la Commanderie tels que la date de l'engagement dans l'ordre, mobilisations effectuées, responsabilités exercées.

Faict et scellé à Vincennes le 11 avril 1463






Je tendis le document, souriante et retournais m’asseoir, ma mission n’était pas terminée et s’est avec un franc sourire que j’entendis nommer le troisième chevalier. C’est avec un réel plaisir que je suivis le déroulement de la troisième cérémonie.

_________________


Marche doucement car tu marches sur mes rêves...


Dernière édition par Liloia_de_baish le Mar 9 Juin 2015 - 13:05, édité 2 fois (Raison : Edit pour rectification de date)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cérémonie d'adoubements, 18 avril 1463
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» 7 avril : 204e anniversaire de la mort de Toussaint
» Extreme Rules - 25 avril 2010 (Résultats)
» 21 AVRIL 1971 /21 AVRIL 2010 DISPARUTION D'UN LEADER VISIONNAIRE !
» undi 27 avril 2009 FORCES OCCULTES, FORCES CULTURELLES A 969 mètres d’altitude
» [MARIAGE] Cérémonie { Tous les invités }

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordre Royal des Chevaliers de la Licorne :: Ryes et les environs de la Forteresse :: La région de Ryes :: Ryes-
Sauter vers: