Ordre Royal des Chevaliers de la Licorne


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [RP] Plus on voyage au loin, moins on se connaît

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thomas.Z



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 14/10/2010

Feuille de personnage
Nom: Thomas Zwyrowsky
Rang de noblesse: Vicomte de Crots, Baron de Saillans et de Marsanne, Seigneur de Ribiers et de Séderon
Rôle/grade:

MessageSujet: [RP] Plus on voyage au loin, moins on se connaît   Dim 21 Nov 2010 - 15:47

Un groupe de cavalier sortait de la forêt Lexovienne, les visages étaient fatigués, les mouvements las. Dans le groupe l’on distinguait Thomas Zwyrowsky, jeune noble du Lyonnais-Dauphiné. Son regard tomba sur le bourg de Ryes, sa destination finale. Il expira légèrement et afficha un large sourire. Ils étaient enfin arrivés.

La troupe avait effectué un voyage de plusieurs semaines. Le départ se fit du Vicomté de Crots à quelques lieues du village d’Embrun dans le Lyonnais-Dauphiné. Les hommes avaient chevauché à travers les Duchés de Bourgogne, de Champagne, d’Orléans et d’Alençon pour finir par le Duché de Normandie. Sans faire une grande halte à Lisieux ils avaient poursuivi dans la forêt Lexovienne et furent immanquablement prit par le manque de temps. Ils durent donc s’arrêter dans cette forêt pour la nuit, causant une nouvelle atteinte au moral du groupe déjà grandement entamé par un voyage long et pénible.

C’est donc vers midi que le groupe avait atteint la lisière de la forêt et commença son entrée dans Ryes. Le bourg n’était pas protégé et c’est donc avec facilité que les cavaliers entrèrent dans celui-ci. Curieusement les habitants ne semblaient aucunement intrigués par la présence du groupe pourtant solidement armé. Sans nul doute les chevaliers de l’ordre de la licorne offraient un bien plus grand spectacle, ce qui rendait par voie de conséquence la troupe du Vicomte peu impressionnante. C’était en tout cas l’explication qui apparaissait la plus logique aux yeux de Thomas.

Les hommes empruntèrent les routes pavés de Ryes, une première auberge fut trouvée. Celle du vieux-françois, malheureusement celle-ci n’était plus qu’un tas de ruines calcinées. Les villageois apprirent au noble que cette auberge était auparavant la plus fréquentée de toutes. Il ne restait maintenant que les vestiges de cette gloire passée, témoins silencieux de la cruelle éphémérité des choses.

Le noble piqua les flancs de sa monture et le groupe s’en alla vers une seconde auberge, celle dite « du voyageur ». Celle-ci semblait en bien meilleur état que la précédente. C’est avec un certain soulagement que tous entrèrent dans la gargote. Sans se faire prier les soldats commandèrent de quoi se restaurer. Rien qu’au tintement des bouteilles les visages regagnaient de leurs couleurs. L’aubergiste se dirigea ensuite vers Thomas qui c’était installé à l’écart.

Le tenancier affichait un air circonspect. En effet le Vicomte de Crots n’était que l’ombre de lui-même après ce périple et il était donc difficile d'oser parler à un noble à la si faible apparence.

Son visage était émacié, ses cheveux par un étrange phénomène semblaient s’être collés entre eux ne formant qu’une masse grasse assez improbable. Il portait une tenue de cavalier riche, pourpoint militaire sinople surmonté d’une cuirasse ornée de symboles or. L’on ne voyait sur ses jambes que de longues bottes de cuir souple et fin. Il n'avait pas encore quitté sa paire de gants qui semblait avoir souffert durant la traversée du pays tant le cuir était usé en divers endroits. Une dague a rouelle apparaissait à la ceinture du Zwyrowsky et sur son flanc l'on devinait les deux quillons entortillés en S autour de la garde d'une katzbalger.

Malheureusement tout des pieds à la cuirasse était constellé de boue, il y avait donc une réelle dichotomie entre la riche tenue du noble et son état d’entretien si déplorable.

L’aubergiste rassembla néanmoins son courage et d’un air amical chercha à connaitre l’identité de son noble hôte. Thomas leva son regard vers lui et retira ses gants après plusieurs secondes de lutte.


-«Je suis Thomas Zwyrowsky, Vicomte de Crots, Baron de Saillans et de Marsanne, Seigneur de Ribiers et de Séderon. Je souhaite rencontrer la Baronne de Grignan qui appartient à l’ordre de la licorne. Pouvez-vous faire porter une missive à cette intention ?» L’aubergiste acquiesça en homme habitué par de telles demandes, il revint avec parchemin, encre et cire ce qui étonna fortement le jeune noble. Il lança quelques écus d’or à l’aubergiste ravi.

«Servez ce que demande les hommes derrière moi, je prendrai du vin d’Anjou pour ma part.»Dit laconiquement le Vicomte.

Les soldats appartenant à la maison Zwyrowsky affichaient maintenant des visages réjouis. Le voyage de plusieurs semaines semblait être déjà bien loin d’eux. Thomas quant à lui était toujours aussi soucieux, il profita du vin d’anjou pour réfléchir devant son parchemin encore vide. Puis il attrapa la plume mise à sa disposition et commença sa rédaction d’une écriture fine et nette.


Citation :
A la Baronne de Grignan, Dame de Urre, Antlia Kennedy

Du Vicomte de Crots, Baron de Saillans et de Marsanne, Seigneur de Ribiers et de Séderon, Thomas Zwyrowsky

Respectueuses salutations,

C’est non sans un certain soulagement que je vous annonce ma présence au sein de l’accueillant bourg de Ryes. Après nos multiples échanges épistolaires j’ai décidé de partir en direction du Duché de Normandie pour vous rencontrer et ainsi avoir le loisir de discuter avec vous de l’ordre de la Licorne.

Je séjourne à l’heure actuelle à l’auberge du voyageur et resterai donc à Ryes jusqu’à ce que j’obtienne des nouvelles de vous.

En espérant que cette missive vous trouve en bonne santé.

Qu’Aristote vous protège et vous garde.


Thomas relu sa lettre puis apposa son sceau. Il confia alors le document à l’aubergiste et s’en retourna vers ses hommes afin de discuter avec eux et de voir si le moral était bon...
_________________________________________________________
"Plus on voyage au loin, moins on se connaît" tiré de "Tao Te King" (Le livre de la voie et de la vertu)par Lao-Tseu


Dernière édition par Thomas.Z le Dim 5 Déc 2010 - 10:50, édité 1 fois (Raison : Correction ponctuation)
Revenir en haut Aller en bas
Antlia

avatar

Nombre de messages : 2277
Date d'inscription : 17/01/2009

Feuille de personnage
Nom: Antlia
Rang de noblesse: Baronne de Grignan, Seigneur de Urre
Rôle/grade: Chevalier

MessageSujet: Re: [RP] Plus on voyage au loin, moins on se connaît   Jeu 25 Nov 2010 - 12:07

[ Forteresse de Ryes - Atelier du travail du cuir]

La lumière vacillait dans l'atelier de cuir. Il y régnait une douce chaleur de par le brasero allumé, l'odeur de cuir était fort tenace.
A un établi, une silhouette s'affairait sur quelques morceaux de cuir. La lumière, douce, dessinait des reflets de vagues blondes et brunes, faites d'ombres et de lumière. Quelques fois, elle s'arrêtait afin de frotter ses yeux . Il fallait qu'elle fasse attention, la lumière de la bougie ne convenait pas trop à ce travail minutieux et l'effet s'en faisait ressentir.

Depuis qu'elle avait pris en charge cet atelier, elle s'était bien faite au maniement des différents instruments, sa main et son poignet s'habituait aux différentes taches et gestes à produire et reproduire.

C'est ainsi que le garde la trouva ce matin du mois de Novembre, penchée sur l'établi, concentrée dans son travail. Quelques mèches de cheveux blonds sortaient de son chignon improvisé, et l'Errante recouverte d'un bon habit de laine afin de la protéger du froid. Sa position de travail n'incitait pas au réchauffement.
Elle sursauta presque lorsqu'elle vit, dans son champ de vision apparaître la lettre. Elle ne l'avait point entendu entrer, ce qui amusait l'homme en question.

Les sinoples levées vers lui, elle finit par lui sourire et se saisit du pli.


Merci beaucoup. Je ferai plus attention la prochaine fois .


Petit sourire à l'homme puis elle se leva, et vint à la fenêtre lire le cachet de cire. On pouvait y lire Zwy.... le Goupil! Cela ne pouvait être que son fils, Thomas.
Alors rapidement , d'un geste sûr elle décacheta la missive et en prit connaissance: doux sourire sur ses lèvres et gestes signant l'arrêt de son activité ce jour là. Elle prit soin d'éteindre les bougies et autres sources de lumières et de chaleur, puis se rendit dans sa cellule où elle se mit à sa table d'écriture :


Citation :

Au Vicomte de Crots, Baron de Saillans et de Marsanne, Seigneur de Ribiers et de Séderon, Thomas Zwyrowsky ,

d' Antlia Kennedy, Chevalier Errant de la Licorne,


C'est avec infiniment de plaisir que je vous lis ce jour et apprends votre venue en cette belle Normandie.
Je vous fais savoir que je descendrai de la forteresse cet après midi et me rendrai à la taverne du village.

Dans l'attente de cette plaisante rencontre, tout mon respect,


Antlia Kennedy.


Point de sceau, elle n'en avait pas fait faire. Juste un cachet de cire appliqué afin de fermer le pli qu'elle confia à un messager.

Il allait être difficile d'attendre l'heure du rendez vous, aussi l'humeur plus douce elle se rendit aux écuries auprès de Syrius . Le bichonner ferait passer paisiblement cette attente de façon agréable.


Une petite balade mon grand cet après midi ?

Et pourquoi donc vient il jusqu'ici la voir? Alors qu'il aurait été plus simple de se voir en Dauphiné....

_________________


Dernière édition par Antlia le Dim 28 Nov 2010 - 13:45, édité 1 fois (Raison : changement de lieu ( erreur ))
Revenir en haut Aller en bas
Thomas.Z



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 14/10/2010

Feuille de personnage
Nom: Thomas Zwyrowsky
Rang de noblesse: Vicomte de Crots, Baron de Saillans et de Marsanne, Seigneur de Ribiers et de Séderon
Rôle/grade:

MessageSujet: Re: [RP] Plus on voyage au loin, moins on se connaît   Dim 28 Nov 2010 - 11:42

A l’auberge du voyageur la troupe Zwyrowsky avait prit ces quartiers, une vaste chambre avait été loué pour accueillir les soldats du groupe. A l’intérieur de celle-ci une ambiance virile, presque austère, c’était installée. Les couchettes jonchaient le sol. Non loin des couchettes, des armes hors de leurs fourreaux apparaissaient en nombre et étaient la fierté de leurs propriétaires. Certains hommes étaient restés sur leur couchette et profitait d’une accalmie pour reconstituer leur capital sommeil.

D’autres plus enhardis par la perspective d’un pichet de vin et d’une discussion animée étaient descendu dans la salle principale et s’affairaient autour d’une table. Enfin, quelques soldats étaient partis visiter le bourg. Malgré la très bonne réputation de Ryes concernant la sécurité le Vicomte imposa des déplacements en groupe c'est ainsi qu'un seul groupe prit la direction de Ryes. Thomas avait opté pour la seconde option offerte à lui.

Après une toilette sommaire il avait retrouvé un peu de sa superbe bien que son visage conservait les stigmates d’un trajet trop long et trop pénible. Il c’était alors joint aux hommes présents dans la salle principale de l’auberge. En buveur modéré il accompagnait donc de bon cœur ses hommes et affichaient un large sourire. Un habitant du Lyonnais-Dauphiné aurait probablement été choqué de voir en Thomas une pareille manifestation de contentement. En effet, seule la présence de ces hommes, qu’il connaissait depuis son enfance, avait la possibilité de susciter une réelle sympathie chez Thomas.

Dans cette salle, l’on parlait assez fort et l’on riait beaucoup. C’est ainsi que l’on pouvait entendre Roland, l’un des plus proches du Vicomte, parler à l’assemblée.


-«Pour sûr ce fut un voyage des plus longs, j’espère que nous allons avoir le temps de nous reposer !» Il jeta alors un regard interrogateur à son maitre qui buvait nonchalamment.

-«Nous verrons cela Roland, il est possible que je t’envoie présenter mes respects à toute la noblesse française du Duché de Normandie…» Tout en disant cela, Thomas affichait un air sarcastique. Les autres soldats se mirent à rire, l’un d’eux reprit la parole.

-«Yep ! C’est sûr qu’ça lui f’ra les pieds à not’ ptit Sergent d’arme. C’quand même el plus jeune ed nous tous ! C’est aussi el plus faib’ ! Tiens pas encore el route sur el quintaine hein !?» Ce dernier propos déclencha l’hilarité à la table, l’embrasement des joues de Roland et l’agacement chez l’aubergiste qui trouvait ses hôtes bien trop bruyant.

Alors que tous n’avaient pas encore terminé de rire, un homme vint à la table. Celui-ci s’intéressa à la qualité du Vicomte. Tous avaient fait silence avec une étrange rapidité. Thomas quant à lui avait reprit un air extrêmement noble et glacial.

Après quelques secondes de conversation l’homme reparti et le jeune Zwyrowsky tenait en sa main un pli non scellé. Sans plus de cérémonie la lettre fut ouverte et lue. La Baronne de Grignan se présenterai cette après-midi. Thomas leva ses yeux vers ses hommes qui affichaient tous des yeux ronds, signe d'une grande perplexité.


-«C’est pour cette après midi.» Déclara le noble avec calme.

Tous haussèrent les épaules, c’était ce pourquoi ils étaient là après tout. Thomas était prêt et attendait donc avec impatience son interlocutrice. Une heure environ avant l’arrivée probable de Dame Antlia les hommes prirent congés, en vérité ils se placèrent tous a une table au fond de la salle. Il serait ainsi difficile de les voir mais eux pourraient entendre avec facilité la conversation.

Le Vicomte était remonté dans sa chambre pour se préparer et était redescendu vêtu d’un pourpoint militaire sinople surmonté de quelques bijoux. De magnifique bottes de cavaliers en cuir noir remontaient jusqu’au dessus de ses genoux. Une katzbalger à la garde travaillée et au pommeau en tête de renard pendait à son côté. Enfin une dague à rouelle complétait sa tenue. C’est ainsi que Thomas attendait patiemment, devant un verre de vin d’anjou, que son interlocutrice paraisse…

Revenir en haut Aller en bas
Antlia

avatar

Nombre de messages : 2277
Date d'inscription : 17/01/2009

Feuille de personnage
Nom: Antlia
Rang de noblesse: Baronne de Grignan, Seigneur de Urre
Rôle/grade: Chevalier

MessageSujet: Re: [RP] Plus on voyage au loin, moins on se connaît   Dim 28 Nov 2010 - 14:13

[ Forteresse de Ryes - Cellule de l'Etoile ]

Remontée vers sa cellule, Antlia commença à dé poisser ses mains de la poussière et la crasse que Syrius avait gentiment cédé à sa maîtresse.
Elle changea ses vêtements, fit toilette puis brossa longuement sa longue chevelure. Point de fantaisie en sa tenue, si ce n'était cette broche sang relevée d'une étoile d'argent.
Point d'austérité, seulement des vêtements de bonne facture, de bonne coupe, relevant tout de même la féminité qui émanait de la jeune femme .

Pour finir elle mordit ses lèvres et se pinça les joues, petit signe de coquetterie tout de même qui sera vite rendu inutile par le froid de la campagne.

Sortant de la pièce, elle prit sa cape azur qu'elle fixa par la fibule puis, attacha la bastarde au pommeau sculpté d'une Licorne se cabrant.

Dernier coup d'oeil à la pièce, elle souffla la bougie puis se rendit aux écuries.


[ Arrivée à Ryes ]

Des questions lui trottaient dans la tête, ou plutôt des interrogations. La présence du jeune Zwyrowsky était présage d'un évènement. Il ne se serait jamais déplacé autrement. Et pourquoi la rencontrer alors que missives étaient régulièrement envoyées?
Ses mains gantées serraient les reines de Syrius, essayant également d'oublier le froid qui mordait sa peau non recouverte et le chemin qui descendait vers le village lui parut soudain très long.
Avec soulagement, les premières maisons du bourg apparurent, signe qu'elle allait pouvoir se mettre à l'abri et profiter d'un peu de chaleur. Signe également qu'elle allait revoir Thomas et un sourire mua son visage. UN peu d'excitation également intérieurement, car il y avait très peu de visites lorsqu'ils étaient à Ryes. A part les travaux quotidiens, les entrainements et l'atelier, il y avait peu de changements dans les rituels qui ponctuaient leur vie . L'on pouvait dire tant mieux vu la vie qu'ils menaient sur les routes. Cela pouvait contribuer à un équilibre ... mais pour qui était devenue Errante, l'attente et l'immobilisme devenait dur à supporter. Cette rencontre tombait à pic pour elle.



Elle passa devant l'auberge du Vieux François. Son regard s'y accrocha et son coeur se serra d'un coup. Des souvenirs, des flashs lui revenaient sans qu'elle n'y puisse rien. Ils n'avaient point parlé de cet épisode douloureux où certains d'entre eux avaient été blessés ... d'autres morts. Il faudrait peut être , ou alors reconstruire pour effacer ces traces de blessure béantes... ou bien était ce là justement un lieu afin de se souvenir?
La belle secoua la tête puis dirigea sa monture vers la seconde auberge de Ryes, au pas. Les habitants s'arrêtaient et saluaient au passage de la Licorneuse , leur rendant un sourire.
Enfin les écuries de l'auberge: elle mit pied à terre, jeta un rapide coup d'oeil aux stalles déjà prises : Le Vicomte ne s'était point déplacé tout seul! Loin de là .
Un sourire rassuré, c'était bien .


Elle lissa enfin sa tenue une dernière fois, puis poussa la porte de la taverne et la referma sur le froid extérieur. La chaleur l'envahit de suite, déclenchant un frisson sur son corps puis tout en retirant ses gants prit connaissance des lieux mais surtout des occupants.


BOnjour Aubergiste. Porte moi quelque chose à boire afin de me réchauffer
.

A ces quelques mots, elle se tourna vers la table où le jeune homme semblait l'attendre et s'en approcha. Une fois à sa portée, tout en restant debout devant lui elle le salua en s'inclinant, main sur le coeur:

Bien le bonjour Vicomte , jeune Zwyrowsky. Je vous souhaite la bienvenue en Ryes.

Elle le gratifia d'un sourire, heureuse de le revoir après de si longues années.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Thomas.Z



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 14/10/2010

Feuille de personnage
Nom: Thomas Zwyrowsky
Rang de noblesse: Vicomte de Crots, Baron de Saillans et de Marsanne, Seigneur de Ribiers et de Séderon
Rôle/grade:

MessageSujet: Re: [RP] Plus on voyage au loin, moins on se connaît   Dim 5 Déc 2010 - 10:49

Après un périple de plusieurs semaines Thomas pouvait enfin apercevoir celle qu’il était venu voir. Seule interlocutrice, lien vers un monde flou mêlé de mystère et de gloriole. L’ordre de la Licorne venait d’apparaitre personnifier par la Baronne de Grignan. Le Vicomte se leva avec la souplesse et l’aisance insolente de la jeunesse. Son regard émeraude ne quitta pas un seul instant la femme qui se dirigeait vers lui.

Derrière lui les plus attentifs pouvaient voir une partie des soldats Zwyrowsky, attablés au fond de la salle, se livrés à un grotesque jeu de coups de coudes. Pourtant il était certains que tous avaient compris la qualité de la personne qui venait d’entrer, certains affichaient des airs approbateurs, d’autres affichaient des airs curieux et se penchaient déjà en avant pour ne rien manquer de la future discussion.

Pendant ce temps le membre de l’ordre de la Licorne était arrivé à hauteur du jeune noble dauphinois. Elle le salua et le gratifia d’un sourire. Thomas s’inclina à son tour, un sourire imperceptible se dessina sur ses fines lèvres.


-«Baronne, merci d’être venue si promptement. Je n’espérai pas vous voir de si tôt. Voilà bien longtemps que nous n’avons pas eu l’occasion de nous voir.» Thomas s’installa tout en parlant et invita son interlocutrice à faire de même. «Je suis très friand de récit, aussi, avant que je ne vous bombarde de questions insipides auriez vous l’amabilité de me narrer succinctement votre vie depuis votre départ du Lyonnais-Dauphiné ?»

Thomas afficha un air intéressé. Et au fond il l’était réellement ! Néanmoins son habituel verbiage, apanage du sang des Zwyrowsky, l’incitait à tourner favorablement ses propos. Ainsi cette anodine question permettait au noble de connaitre les quelques actions que la Baronne de Grignan avait pu réaliser au sein de l’ordre depuis son départ du Lyonnais Dauphiné.

Car il était certains que la venue du jeune noble en une contrée si lointaine était motivée par la présence de la seule interlocutrice avec qui Thomas pouvait en apprendre plus sur l’ordre de la licorne.

Revenir en haut Aller en bas
Antlia

avatar

Nombre de messages : 2277
Date d'inscription : 17/01/2009

Feuille de personnage
Nom: Antlia
Rang de noblesse: Baronne de Grignan, Seigneur de Urre
Rôle/grade: Chevalier

MessageSujet: Re: [RP] Plus on voyage au loin, moins on se connaît   Ven 17 Déc 2010 - 10:35

Il passait de suite aux questions et lui conter ... Quelle demande étrange!
Elle savait bien que derrière toute demande du jeune Vicomte il y avait une raison bien particulière, cela n'était point anodin. Elle ne prit donc pas la question à la légère mais réfléchit quant ce qu'elle aurait à lui raconter ... Oui c'est cela: que lui raconter ?
car il s'était passé tellement de choses depuis son départ, tellement.

Eh bien que dire, quels sont les faits qui peuvent vous interesser particulièrement? Les faits d'armes?
ceux ci ont été nombreux, allant du Sud du Royaume en passant par Marmande et finir dans la douce région de l'Anjou et de ses voisins. Oh oui je suis allée également en Normandie, un peu humide à mon gout, mais très jolie .



Elle laissa un sourire planer sur ses lèvres puis reprit.

Avec plus de sérieux, je suis partie un an et demi du Lyonnais Dauphiné et je n'ai cessé de me déplacer là où le Haut Conseil ou nos Capitaines nous indiquaient d'aller. J'ai eu à participer à plusieurs opérations depuis mon départ. Une sécurisation de Marmande, mais aussi la rencontre avec Eikorc et sa bande à la Rochelle..
.à ce souvenir elle fit une grimace en pensant à la Pivoine.
Mais mon plus grand temps a été occupé par le Domaine Royal, ces derniers mois. Les situations politiques et armées n'étaient pas très ... clémentes et la Licorne a préte son bras armé mais aussi ses conseils éclairés de la part du Haut Conseil.
Nous avons le privilège d'avoir combattu auprès des Dames Blanches ainsi que de l'Ordre du Saint Sépulcre.
En parler plus avant? Ce sont des guerres, rien de bien reluisant lorsqu'il y a blessés et morts. Seulement nous avons accomplis notre mission et ... j'en suis contente.
Ai je répondu à vos interrogations?

Elle marqua un temps de pause où elle observa le jeune Vicomte puis reprit.
En dire davantage prendrait des heures car j'ai participé à tant de missions différentes ... Mais sachez que je combats entourée de mes frères et soeurs d'armes, que tous autant que nous sommes nous répondons comme un seul homme lorsque la Licorne fait appel à nous.

Elle ferma les yeux un court instant, puis lui demanda .

vous n'êtes tout de même point venu jusqu'ici pour que je vous rapporte tout cela n'est ce pas ? cela j'aurais pu le faire en vous épargnant un si long voyage le tout en vous écrivant.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Plus on voyage au loin, moins on se connaît   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Plus on voyage au loin, moins on se connaît
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Plus on voyage au loin, moins on se connaît
» Les gens du voyage
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» Voyage de Bougainville
» Interdit aux moins de 18 ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ordre Royal des Chevaliers de la Licorne :: Ryes et les environs de la Forteresse :: La région de Ryes :: Ryes-
Sauter vers: